La guerre entre Anges et Démons a cessé récemment tandis que les Déchus pris en tenaille tentent de survivre. Mais un autre danger attend les anges qui tombent : le goût des démons pour les esclaves, distraction entre deux intrigues mortelles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Alshiv, chef de l'Alliance du Chimérion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aiguille d’argent
avatar
Messages : 98
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 97

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 21
Pouvoirs: Ténèbres, feu
Situation:
Aiguille d’argent
MessageSujet: Alshiv, chef de l'Alliance du Chimérion   Dim 5 Mar 2017 - 15:54




Alshiv Strashen

Surnom : Alsh’, Shiv, vous pouvez essayer autre chose, aussi…
Age : 418
Race : Démon
Classe : Démon majeur
Préférence : Pas trop de contacts

Rang personnalisé :
Code:
<font color=#00cccc>Aiguille d’argent</font>

Description Mentale


Comme chaque matin ou presque, Alshiv se réveille tôt, seul. Il délaisse depuis près d’un siècle les plaisirs usuels des démons, dont le goût lui donne généralement une impression de cendre. Il fait ensuite des ablutions et s’assure que les diablotins ont nourri les animaux qu’il garde chez lui. Certains nécessitent des soins particuliers, et il tient à ce que ce soit lui, ou une de ses deux soeurs, qui s’en occupe.
Il passe ensuite un certain temps à s’entrainer, comme s’il pouvait faire disparaître dans la sueur et les exercices les traits de son caractère qu’il n’apprécie pas. La douceur qui le caractérisait, plus jeune, exacerbée par son début de carrière dans la musique. Pour lui apprendre le calme, mais également à travailler son empathie. Son père estimait toujours que les démons étaient plus simples à comprendre que les animaux, si l’on voulait réellement établir une relation de confiance.
Ce n’est que lorsqu’il a frappé dans le vide, jusqu’à calmer la rage qu’il a emmagasinée, contre lui-même et d’autres, qu’il va réveiller ses soeurs pour prendre le petit-déjeuner avec elles. Il voit autant les soucis qu’elles lui apportent que le bonheur d’être avec elles, leurs différences flagrantes autant que la manière identique qu’elles ont de s’en remettre à lui sans aucune hésitation. Sans aucun choix, également…
Pour le reste… Il s’astreint, à nouveau. Il apprécie le dressage des animaux, quels qu’ils soient, même si ce n’est pas ce qu’il aurait aimé faire. Il se force à passer plus de temps avec les démons qu’il ne le voudrait, pour s’assurer que sa ligue devienne et reste prospère. Incapable de faire réellement confiance, de se fier à son instinct, il s’épuise à intellectualiser chaque situation pour estimer la meilleure réaction, ce qui fait qu’il n’est pas un grand bavard.
Heureusement, il se cache derrière le masque qu’il porte sans cesse. Il cache ce qu’il était, encore un peu trop présent dans son esprit à son goût, mais également ce qu’il estime être une peur des autres. Non, bien sûr, c’est lui qui a une apparence effrayante, entre son masque et ses yeux anormaux, surtout qu’il apprécie de se promener avec un spécimen, de préférence de grande taille, d’une espèce dangereuse. Au moins, il sait toujours à quoi s’attendre avec les animaux...

Description Physique


Les réceptions, même s’il s’y montre parfaitement adapté pour un chef de ligue, l’épuisent généralement. Il n’y boit que très peu, ne se drogue pas, surtout ne rentre jamais accompagné et ne découche pas. Cela lui permet de s’abandonner aux mains de ses soeurs. C’est un petit moment de détente. Elles retirent ses vêtements travaillés, l’écusson de sa famille qu’il porte sur son torse, visiblement, pour rappeler sa loyauté à celle-ci.
Ostur passe ses doigts sur l’un des avants bras de son frère, cherchant à voir par la tension de ses muscles la manière dont la soirée s’est déroulée. Elle touche délicatement les scarifications de son avant bras, fines marques entrelacées qui couvrent la majeure partie de sa peau. L’autre a subi le même traitement, d’une main peut-être moins assurée : Alshiv les a faites lui-même.
Personne de la famille ne parle, même si Aneha, parfois, chantonne pour détendre son frère. Ses mains passent dans les cheveux roux, massent la base des cornes imposantes ou frôlent ses oreilles pointues. Elle attend un moment avant de jouer avec le lien qui maintient le masque de son frère, mais celui-ci a un sourire et lui attrape le poignet avec douceur.

"Je le ferai moi.", annonce-t-il de cette voix qui ravissait les démons et rassure les animaux.

Ses soeurs lui souhaitent bientôt bonne nuit et Alshiv se penche vers son miroir, se forçant à plonger ses yeux rouges aux sclérotiques noirs dans son reflet alors qu’il détache le lien. Pourtant, par habitude, il baisse immédiatement les yeux sur son menton pointu. Il prend une inspiration, relève progressivement les yeux. Il détaille ses lèvres qui ressortent à peine sur sa peau légèrement hâlée, son nez plutôt petit, en trompette, et ses pommettes hautes. Il sent son coeur battre plus vite lorsqu’il arrive aux premières volutes noires. Partant du haut des pommettes et lui créant un loup complexe, deux renesfers sont tatoués autour de ses yeux, les museaux filiformes pointant sur ses tempes. L’oeuvre est sublime, il la doit à un esthète après tout, et pourtant, comme souvent, la honte d’avoir été jeune rougit ses joues.

Le démon se lève, soulagé de cesser de scruter son image, et s’étire pour terminer de chasser la crispation de ses muscles. S’il n’est pas aussi grand que son père - il a d’ailleurs souvent cette impression - il reste dans la moyenne haute des démons et, surtout, se raisonne en se rappelant que la baignoire des appartements du chef de famille est faite pour accueillir des animaux massifs en plus du dresseur. Et il termine sa soirée dans le calme, se répétant qu’il deviendra un jour digne du démon qu’il aurait dû être dès le départ.

Histoire


Alshiv est né dans une famille d’éleveurs d’animaux domestiques de luxe. La devise de son arrière-arrière-grand-père était “tout se dresse”, et il avait commencé en dressant un chimérion, qu’il avait offert au Seigneur de Guerre de l’époque. Du moins, c’est ce qui se racontre : plus personne n’est là pour le confirmer ou l’infirmer.

Premier né, il a été élevé par son père, surtout, construisant avec lui une relation de confiance plutôt que d’autorité. Dès tout jeune, il fut habitué au contact des animaux, même s’il ne s’attacha pas particulièrement à un animal. S’il commença à dresser quelques petits animaux, à partir de ses 50 ans, il s’épanouissait simplement et touchait un peu à tout. Il ne faisait pas attention aux qualités que son père développait chez lui.

Ce fut vers son premier siècle qu’il se décida, à nouveau sous l’impulsion de son père, de se tourner vers la musique. Il avait une voix charmante, et se dirigea dans le domaine du chant. Il faisait ses propres expériences, découvrait un univers particulier. Celui des artistes… C’était assez particulier. Il y avait une exaltation, une excitation avant de monter sur scène.

La naissance de ses deux soeurs, Ostur et Aneha, ne l’intéressa pas énormément : il avait presque 150 ans, il vivait dans un monde qu’il ne souhaitait pas quitter, il découvrait la vie. Il en oubliait presque que, plus tard, il reprendrait la suite de son père. La boutique, le dressage, la famille… C’était accessoire. De toute façon, son père ne comptait pas se retirer avant de nombreux siècles...

Il rencontra Baelsab dans cet univers hétéroclite, attirant son attention après s’être présenté comme voix principale d’un morceau pour la première fois. Il était grisé par son succès, enivré, et rapidement subjugué par son aîné qui représentait tout cela. Quelqu’un d’assuré, connaisseur et sensible. Il ne fallut que quelques soirées pour qu’Alshiv s’offre à son aîné, quelques années à peine pour que celui-ci prenne la place d’amant, de maître à penser et de guide dans la vie du jeune homme.

Tout ce que disait Baelsab valait, pour le plus jeune, la parole de Satan ou presque. Il l’aidait à s’épanouir, le jeune chanteur avait l’impression de devenir un réel adulte aux côtés de celui-ci, même s’il avait conscience des progrès à faire pour arriver au niveau de son amant. Et pourtant, lorsqu’ils étaient tous les deux alanguis et que Baelsab sortait son matériel à dessin pour le couvrir de peinture, il se sentait simplement le démon le plus précieux et important de la Géhenne. Il admirait profondément le trait précis de son aîné, appréciait cette manière presque intellectuelle qu’il avait de s’approprier son corps, complétant celle physique qui précédait souvent ces séances.

Ce fut presque un siècle après qu’ils aient commencé à être amants qu’Alshiv offrit deux choses à son aîné : un coffret de tatouage, et son visage comme support. Il ne le questionna pas sur ce qu’il voulait faire, ne chercha pas à diminuer la souffrance qu’il allait nécessairement ressentir, et laissa le démon majeur faire ce qu’il souhaitait, un dessin qu’il avait parfois esquissé : deux renesfer autour de ses yeux, rehaussant la particularité de ses yeux.

Son père avait été furieux en découvrant le tatouage. Alshiv s’était défendu, arguant qu’il faisait, comme son père, le souhaitait, ses propres expériences pour se créer. Son tatouage lui apportait de l’assurance, il avait confiance en lui grâce à lui, il se sentait, à chaque fois qu’on posait les yeux sur son visage, exceptionnel pour Baelsad, donc… Exceptionnel, tout simplement.

Les choses se calmèrent petit à petit, son père acceptant le tatouage fait pour un autre alors qu’Alshiv était, à son goût, bien trop jeune pour un tel engagement. Pourtant, il voyait son héritier s’épanouir… Tout cela grâce à Baelsab. Aussi, lorsqu’Alshiv proposa de leur faire goûter un cocktail que son amant lui avait fait découvrir n’hésita-t-il pas, décidé à montrer à son héritier qu’il approuvait ses choix.

Ostur et Aneha avaient préféré un alcool plus léger, et toute la famille s’était installée dans le salon, en discutant joyeusement. Il y eut soudain un bruit métallique tombant à terre, et dans un bruissement de plumes, les deux thixeos des jumelles foncèrent dans la pièce, poursuivis par un jeune draenys. Les deux oiseaux, en passant pour foncer vers leurs maitresses, renversèrent le verre d’Alshiv, qui n’avait qu’à peine bu quelques gorgées.

Ce genre d’accident était monnaie courante, et tous en rirent alors que l’héritier se levait pour aller se changer, récupérant le draenys au passage pour le calmer. Pourtant, dans sa chambre… Sa tête commença à tourner, alors qu’il était saisi de vertiges et de nausées. Il entendit bientôt ses soeurs l’appeler, mais sombra dans l’inconscience avant de pouvoir les rejoindre.

Lorsqu’Alshiv reprit connaissance, ses soeurs avaient appelé des secours. Ceux-ci n’avaient pu que constater la mort de ses parents, empoisonnés comme lui. Il avait refusé d’y croire, aurait voulu contacter Baelsab pour avoir des explications. Mais il dut d’abord prouver son innocence. Il était celui qui avait fait les boissons, après tout. En suivant minutieusement les instructions de son amant, mais… Cela ne changeait rien au fait qu’il avait donné à ses parents la boisson qui les avait tués.

Lorsque les charges furent finalement levées, majoritairement grâce au fait qu’il avait manqué de mourir lui aussi, il put retrouver Baelsab, cherchant à savoir ce qu’il avait fait, pourquoi… les idées s’entrechoquaient dans son esprit embrouillé, et il lui fallut quelques heures, après sa confrontation avec son ancien amant, pour comprendre qu’il s’était bel et bien fait manipuler. Et qu’il n’avait aucune preuve à apporter pour confondre le réel coupable…

Il aurait pu le défier en duel, bien sûr. Mais il se savait - du moins il s’était toujours vu ainsi - inférieur à Baelsab sur tous les plans. Et il n’allait pas laisser son nom, ses soeurs, à la merci de n’importe qui… Il ne pouvait pas laisser le commerce de son père, le savoir faire de ses ancêtres, disparaître.

Alshiv reprit donc en main l’élevage de son père, aidé de ses soeurs, et subit des premières années difficiles. Assez pour qu’il songe à marier ses soeurs, pour s’assurer au moins quelques appuis… Ce fut Ostur qui lui expliqua en quoi c’était impossible, le laissant un peu plus dévasté. Il lui fallut un moment pour accepter l’idée qu’il ne se raccrocherait même pas à ça… Il se mit alors à porter un masque, assuré que la survie de sa famille ne reposait que sur ses seules épaules.

En participant aux sessions de la chambre des nobles, il comprit petit à petit la position du père de Baelsab, même s’il n’avait plus aucun contact avec son ancien amant, ni même avec l’univers des artistes qu’il aimait tant fréquenter. Des veneurs, en opposition totale avec la philosophie des Strashen, à la tête d’une vieille ligue de veneurs…

S’il voulait venger ses parents et son honneur, Alshiv savait qu’il devait, politiquement, avoir assez de poids pour cela. Et il n’avait pas envie de se mettre sous la coupelle d’une ligue… Il ne voulait plus jamais être dépendant de quelqu’un. Alors il créa l’Alliance du Chimérion, qui prit petit à petit de l’ampleur. Il réalisa rapidement que la Confrérie du Styx serait un adversaire de taille, et lui ne pouvait pas se permettre l’attitude désinvolte du proxénète qui lui servait de chef. A la place, lui aiguisait la frustration des plus petits, comme lui, par rapport à deux vieilles guildes qui prenaient bien trop de place dans le paysage politique de la Géhenne…

Alshiv réussit à avoir une place qui n’était pas négligeable. Il n’était pas encore à la tête d’une grosse guilde, mais elle commençait à être influente. Il lui manquait quelque chose pour se démarquer… Ce fut par hasard qu’il remarqua un animal dont le comportement le troublait. Il n’arrivait pas à dresser le Phœnix des ténèbres qui était pourtant chez lui depuis plusieurs semaines, et… l’animal était trop intelligent pour le mettre à l’aise. Il sentait quelque chose d’anormal. Il lui fallut encore un moment, à force de mauvais traitements, pour réussir à ce que l’animal se transforme en infernal, brièvement, pour avoir un peu d’eau. Un sourire satisfait aux lèvres, le jeune chef de ligue sut qu’il tenait là de quoi avoir enfin de l’influence, du moins la reconnaissance de ses pairs. Il ne restait plus qu’à demander une audience à Satan...


Derrière l'écran


Pseudo - Prénom : Alia - Alia
Age : 29
Comment as-tu découvert le forum ? Heu…. Recrutement, je crois ?
Pourquoi t'être inscrit(e) ? Parce que !
Code du règlement : Validé ! ♥️

Autre chose à ajouter ? The internet is for porn !
Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître de cérémonie de Satan
avatar
Messages : 924
Date d'inscription : 09/05/2012

• Feuille de Personnage
Âge apparent: Un quart de siècle ~
Pouvoirs: Ténèbres, Foudre, Dégénérescence
Situation:
Maître de cérémonie de Satan
MessageSujet: Re: Alshiv, chef de l'Alliance du Chimérion   Dim 5 Mar 2017 - 16:02

Bon, j'aime énormément ta fiche, mais... Ca va tellement de soi que ce n'est presque plus la peine de le dire !

Je te valide immédiatement, amuse-toi bien sur le forum ♥

___________________


Autres:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seigneur de Guerre
avatar
Messages : 861
Date d'inscription : 18/05/2014

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 29
Pouvoirs: Ténèbres - Foudre - Faux des enfers
Situation:
Seigneur de Guerre
MessageSujet: Re: Alshiv, chef de l'Alliance du Chimérion   Dim 5 Mar 2017 - 16:09

Merci pour la validation Very Happy

(oui, je réponds avec ce compte pour paumer un peu les gens, et alors ?)

___________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alshiv, chef de l'Alliance du Chimérion   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alshiv, chef de l'Alliance du Chimérion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Enfer :: Premier Passage :: Registres :: Présentations :: Présentations Validées-