La guerre entre Anges et Démons a cessé récemment tandis que les Déchus pris en tenaille tentent de survivre. Mais un autre danger attend les anges qui tombent : le goût des démons pour les esclaves, distraction entre deux intrigues mortelles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Caym, orfèvre bestial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Oeil de Tigre
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 25

• Feuille de Personnage
Âge apparent:
Pouvoirs:
Situation:
Oeil de Tigre
MessageSujet: Caym, orfèvre bestial   Mer 15 Mar 2017 - 12:26




Caym Fenevryal

Surnom : … La brute ?
ge : 386 ans
Race : Démon
Classe : Démon majeur
Préférence : Dominant

Rang personnalisé :
Code:
<font color=#00633f>Oeil de Tigre</font>

Description Mentale

“Seigneur Shenyed ?

-Oui, Seigneur Narmak ?

-Avez-vous vu le beau spécimen qui vient d'entrer ? Un peu bestial, peut-être, il n'a pas l'air d'une grande finesse, mais... Son air assuré va bien avec ses muscles, et je ne crois pas l'avoir déjà vu, il ne doit pas avoir une grande expérience, j'aimerais voir son assurance de façade se fissurer...”

Le démon qui venait de recevoir cette confidence à l'oreille eut un sourire et quitta son amant du regard pour observer, brièvement, celui qui excitait ainsi sa convoitise, et qui échangeait quelques salutations avec d'autres démons avant de se rapprocher de la zone où se trouvaient les alcools avec un intérêt manifeste.

“Mon frère aîné est longtemps resté loin des réceptions, effectivement, répondit-il sans se formaliser d'entendre son camarade s'étrangler. Mais, même si ce n'est pas ce qu'il adore, il est assez calme pour ne pas se laisser fissurer. Et il a la langue encore plus moqueuse que la mienne. Enfin... Si vous tenez à l'approcher, je vous conseille de le faire maintenant, c'est encore pire lorsqu'il a avalé quelques verres d'alcool.”

Après un dernier sourire à l'adresse du démon perturbé, le second fils Fenevryal se leva de son siège et rejoignit son frère aîné, qui avait déjà fait un sort à son premier verre. Certains trouvaient que Caym était agressif, méprisant... Aux yeux de son cadet, il avait juste le sarcasme nécessaire pour ne laisser personne profiter des réceptions pour l'humilier verbalement, et remettre à leur place ceux qui le méritaient. Sans compter qu'il avait la carrure pour faire face à d'éventuelles réactions violentes... et assez de goût pour cette violence pour ne pas chercher particulièrement à l'éviter.

Malgré leur séparation plutôt longue, il connaissait très bien son frère. Sa concentration lorsqu'il se focalisait sur un domaine qui lui plaisait, qu'il s'agisse du travail du métal, d'un combat ou autres... La préférence qu'il avait pour le travail brut plutôt que pour le contact avec les clients, en dépit des remarques de leur père... Son attirance pour les bas-fonds, dans lesquels il retournait souvent... Mais il n'avait pas conscience de ne connaître que la surface de son frère bien-aimé.

Il n'avait nulle idée du bouillonnement de haine qui grondait en permanence en lui, lorsqu'il observait les démons parader. De la colère et de l'envie qui le prenaient à la gorge lorsqu'il promenait son regard sur la société démoniaque. Tous ces nobles bouffis de leur importance, qui méprisaient les autres en se basant sur l'importance politique... Ils pouvaient parader et se croire supérieur. Leur tour viendrait bientôt...

Et, si Caym ressentait toujours une profonde et intense satisfaction lorsqu'il parvenait à plier un métal pour lui faire aborder la forme qu'il désirait... Depuis quelques temps, une autre idée s'enracinait en lui. Attirer un démon entre ses griffes pour le soumettre à sa volonté. Le plier, le transformer au gré de ses désirs, pour en faire purement et simplement sa chose... Des frémissements d'excitation le parcouraient en l'imaginant. Un jour...

Description Physique

Des cheveux blonds, relativement longs, et des yeux d'un bleu assez clair… En se fiant uniquement sur ces deux caractéristiques, beaucoup seraient tentés de se moquer de la gueule d'ange de Caym. Mais si cela était vrai lorsqu'il n'était encore qu'un petit enfant, le fait qu'il ait, en grandissant, atteint les deux mètres, ainsi qu'une largeur d'épaules impressionnante et une musculature qui n'est certainement pas toute en finesse rend cette moquerie plutôt difficile.

Ses quatre cornes recourbées ne font que renforcer cette impression, lui faisant gagner quelques centimètres encore en hauteur, mais contribuant également à sa largeur, puisque deux d'entre elles commencent par s'élancer à l'horizontale avant de tourner pour se tendre vers les cieux. Certains murmurent qu'entre cela, sa crinière blonde dont les pointes ne se laissent dompter par aucune brosse et sa barbe, il tient plus du nesful à cornes que du démon. Mais aucun n'ose le murmurer trop haut, de peur de se faire attaquer, et d'autres préfèrent comparer ses cornes à celles d'un féylath volant.

Si son corps comporte ça et là quelques cicatrices, plus ou moins visibles selon les cas, il n'en a au final pas tant que cela, compte tenu de la vie qu'il mène depuis longtemps et du nombre de fois où il s'est battu. Mais les marques s'en effacent sans doute un peu plus rapidement que pour la moyenne des démons. Ce qui n'est pas toujours pour lui plaire, car il apprécie de porter des cicatrices, témoignant des combats qu'il a pu mener…

Il n'a, par contre, que peu de goût pour les bijoux, et ne porte qu'une paire d'anneaux dorés ornant en permanence ses oreilles pointues, en dépit des remarques de son père sur le fait qu'un artisan devait mettre en valeur son travail lui-même. Ce n'est pourtant pas un manque d'attrait de sa part pour l'esthétique des bijoux, vu comme il en pare son domestique personnel. Mais sur lui, tout au plus se décide-t-il parfois à enfiler de larges bracelets sur ses bras, lorsqu'il estime devoir faire des efforts sur son apparence.

De la même manière, ses vêtements, au quotidien, ne sont pas très élaborés. Certes, il n'ont rien des habits de moindre qualité portés par la majorité des habitants de la ville basse, mais Caym a clairement mis l'accent sur l'aspect pratique aux dépens du raffinement esthétique. Un pantalon de couleur plutôt sombre, taillé dans un tissu de qualité, solide, et retenu par une ceinture - qui peut, elle, disposer de quelques ornements en métal - est, bien souvent, tout ce qui couvre son corps, lorsque la température le lui permet.

Cependant, lors de ses sorties publiques plus officielles, il accepte de faire un effort et d'enfiler des vêtements correspondant davantage à son rang. Le cuir, les fourrures et les ornements en métal semblent avoir sa préférence, mais difficile de savoir s'il s'agit d'un goût personnel profond ou d'une envie de s'accorder avec son aspect brutal, voire bestial...

Histoire


La famille Fenevryal avait compté parmi les plus importantes de la Géhenne. Une famille ancienne, respectable, incontournable, même. Presque à égaler les familles de Seigneurs démoniaques. Elle les aurait égalés, en vérité, s'il n'y avait pas eu ces stupides préjugés en faveur de ces dernières. L'un de leurs ancêtres avait même été pressenti pour devenir Seigneur de Guerre, les autres généraux s'accordant tous sur le fait qu'il aurait été celui qui le méritait le plus, son rang mis à part.

Telle était, du moins, l'histoire entretenue par les chefs de famille Fenevryal depuis des générations. Les différentes péripéties dont ils s'enorgueillissaient auraient-elles pu être vérifiées ? Au prix de quelques efforts, mais indéniablement, oui. Pourtant, aucun d'eux n'en avait fait la démarche. Ni auprès de l'armée pour le général presque devenu Seigneur de Guerre, ni au palais pour le démon qui aurait été Favori de Satan, ni même chercher une seule trace de la ligue importante qu'ils étaient supposés avoir dirigé, des siècles durant, avant qu'une trahison ne les en prive.

Cela faisait trop longtemps. Toutes les traces avaient disparu depuis bien longtemps. Une conspiration s'était arrangée pour faire disparaître tout témoignage de leur grandeur passée. Selon les générations, les explications n'étaient pas les mêmes. Plus ou moins convaincantes, en fonction de ce que chaque chef de famille déduisait de l'épopée familiale. Plus ou moins convaincues, également… Mais la tradition s'était perpétuée.

Tous, en tout cas, étaient unanimes sur la cause de cette déchéance : les Seigneurs démoniaques. Les Seigneurs démoniaques, jaloux de la puissance et de la renommée de leur famille, qui s'étaient servis de leur influence auprès de Satan pour les briser irrémédiablement. Et, depuis, ils n'avaient plus jamais réussi à revenir sur le devant de la scène, à être autre chose qu'une des familles les moins renommées, de celles dont le nom était à peine connu, même par leurs pairs.

Certains supportaient cette situation mieux que d'autres. Nerphan Fenevryal l'avait en horreur. Il haïssait son manque d'importance. Il haïssait de n'être jamais suffisamment écouté, ni à la chambre des nobles, ni même au sein de la ligue qu'il avait rejoint en désespoir de cause. Il haïssait d'avoir dû prendre une épouse d'une famille pas plus renommée que la sienne. Les seules personnes qu'il ne haïssait pas étaient les trois enfants qu'il avait enfanté. A commencer par son aîné, Caym.

Pourtant, le premier mariage de Nerphan ne s'était pas si mal passé. Son épouse lui avait apporté une dot considérable, à défaut d'une place politique plus importante, et il avait appris à s'en accommoder, à défaut de l'apprécier. Mais elle était morte en mettant au monde son premier enfant… Face à la nécessité de s'occuper d'un enfant en bas âge, et désireux d'assurer sa succession en ayant plus d'un fils, Nerphan avait dû se résoudre à se remarier.

Rapidement, les nouveaux époux avaient appris à se détester. Lui profitait de chaque occasion pour la renvoyer à la place qu'il estimait être la sienne - plus bas que terre - tout en lui rappelant fréquemment qu'elle n'était que sa seconde épouse. Face à cela, elle mettait à profit chaque occasion de s'en venger, tout en restant parfaitement discrète pour ne pas s'attirer les foudres de son mari plus enclin encore à élever la main que la voix. Quoi de mieux, pour cela, que de rendre pénible la vie de son héritier ?

Les premières années de la vie de Caym ne furent donc pas les plus heureuses. Rudoyé par une mère qui trouvait toujours à redire à tout ce qu'il faisait, il se réfugiait, autant qu'il le pouvait, dans les cuisines, où travaillait notamment un Diablotin qui avait toujours le temps de s'occuper de lui. Arctal profitait de chaque instant que lui laissait son travail pour distraire le jeune Démon majeur et lui arracher un sourire ou un rire. Un jour, Nerphan vint donner quelques ordres spécifiques, et surprit son fils en compagnie du domestique. Après quelques explications, il y vit une excellente manière de diminuer encore l'importance de son épouse, et l'enfant fut confié à Arctal, celui-ci quittant les cuisines pour devenir le valet attitré de l'héritier Fenevryal.

Deux ans avant sa cérémonie de passage à l'âge adulte naquit son petit frère, Shenyed. Mais ce ne fut pas le seul bouleversement qui accompagna sa cérémonie de passage à l'âge adulte. Quelques jours plus tard, Arctal s'installa avec Caym dans le salon privé de ce dernier. S'asseyant sur le canapé à côté de lui, il lui prit les mains avec douceur et lui révéla le secret de sa naissance. Longtemps, Nerphan avait fréquenté une démone en secret. Une magnifique créature, qu'il avait rencontré à Gomorrhe, alors qu'il explorait les dédales troglodytes à la recherches de pierres particulières.

Il était tombé sous le charme, et ils s'étaient fréquemment retrouvés. Il avait même accepté qu'elle ne réponde à presque aucune de ses questions au prétexte qu'elle se cachait de son mari. Et le hasard voulut qu'elle lui avoue avoir mis au monde son enfant, une semaine auparavant, lors du même séjour où son épouse était morte en couches… tout comme l'enfant qu'elle portait. Immédiatement, le Démon majeur lui avait proposé de récupérer leur fils, et l'échange fut fait avec la complicité du médecin et de la sage-femme - qui moururent tous deux peu de temps après.

Mais ce que Nerphan ignorait… C'était que celle qu'il retrouvait en secret n'était pas une démone. Caym était un semi-infernal. Tout comme Arctal également, qui était entré au service des Fenevryal pour aider au bon fonctionnement de leur plan. Mais en tant que Diablotin, il n'était que de faible utilité pour leur peuple. Tandis que Caym, lui… Lui pourrait accomplir de grandes choses pour leur peuple, et lui comme sa famille en seraient récompensés lorsqu'ils seraient parvenus à leur but. A partir de ce jour, les deux semi-infernaux passèrent fréquemment des soirées, jusque tard dans la nuit, à parler sur tous ces sujets.

Quelques années après sa majorité, son père lui conseilla de s'endurcir en se rendant dans les bas-fonds. Ce n'était pas la place qui seyait à un Démon majeur ? Leur gloire leur avait déjà été ravie, ils devaient tirer parti de leur situation. Qu'il aille se battre avec toute la racaille des Enfers il n'en ressortirait que plus fort. Et le moins qu'on puisse dire était que son fils y prit goût, filant hors du manoir pour se perdre avec délices dans la violence et la débauche des bas-fonds. Là bas, il n'avait pas à se soucier de l'image qu'il donnait de lui, et s'il lui prenait l'envie de maltraiter ses camarades de sexe ou de boisson, qui le lui reprocherait ? Il suffisait de quelques pièces pour calmer les éventuelles protestations s'il y allait vraiment trop fort.

Cependant, les décennies passant, il finit par ne plus guère trouver d'adversaire appréciant de se mesurer à lui, à cause de sa légère tendance à frapper jusqu'à ne laisser qu'un tas de chair inerte. Sa musculature s'était rapidement développée, tout comme sa carrure, et les diablotins et démons mineurs des bas-fonds ne lui résistaient souvent pas longtemps. Et, progressivement, cela ne lui apportait plus assez de sensations fortes.

Son regard s'était alors tourné vers la Légion, où il aurait pu espérer retrouver cette exaltation perdue. Mais son père le lui interdit catégoriquement, l'année de ses 124 ans, car il refusait de ne pas pouvoir transmettre le commerce familial à son héritier. Ce ne fut pas réellement à son goût, et le bruit des éclats de sa discussion avec son père résonnèrent dans tout le manoir jusque tard dans la nuit.

Le lendemain, lors du déjeuner, le chef de famille arborait un magnifique coquard et posait souvent la main sur ses côtes, et son fils aîné boitillait. Le soir même, il quittait la demeure familiale, uniquement suivi par Arctal portant un baluchon sur son dos avec quelques unes de ses affaires. Pourtant, sans l'autorisation de son père, il n'avait aucune chance de s'engager dans la Légion, il en avait bien conscience : il n'avait quasiment aucune chance que les recruteurs acceptent de le prendre malgré l'opposition de son père, qui s'était toujours vanté d'avoir un ami officier dans cette Légion.

Contrairement à ce qu'il avait espéré, aucun des amis de Caym n'accepta de l'héberger le temps qu'il puisse acheter son propre manoir. Finalement, de guerre lasse, il échoua dans le manoir d'un noble qu'il ne connaissait presque pas : en échange d'un travail de garde du corps, il y disposait d'une suite et d'un salaire, qu'il économisait soigneusement. Etant logé et nourri, il n'avait que peu de dépenses… Arctal, de son côté, enchaîna les emplois dans divers commerces de la ville.

Dès qu'il eut assez pour acheter un petit manoir, situé à la frontière entre la ville haute et la ville basse, Caym quitta son emploi et s'y installa avec son fidèle diablotin. Ce fut à ce moment-là que ce dernier proposa à son maître de le guider jusqu'à la forteresse des Infernaux, conscient, certainement, que Caym ne se sentait pas particulièrement concerné par tout cela, en dépit de leurs nombreuses discussions. Le Démon majeur accepta finalement, et ils profitèrent de n'avoir aucune obligation pour partir durant deux semaines à Hellheim.

Immergé dans la société infernale sans rien d'autre pour s'y raccrocher, Caym apprit une nouvelle version des histoires qui se racontaient dans la Géhenne. Et toute la rancoeur contre les Seigneurs démoniaques dont son père avait tenté de l'imprégner prit un nouveau sens, tout comme les refus qu'il avait essuyés de la part de démons pourtant supposés être proches de lui. Les démons étaient une race mauvaise, pitoyable, qui s'entre-déchirait et bridait les meilleurs par jalousie. Seuls les Infernaux lui apporteraient ce à quoi il aspirait, sans le mésestimer.

Quelques années plus tard, Nerphan reprit contact avec son héritier, qui avait atteint depuis quelques années ses deux siècles. La première entrevue entre les deux démons fut absolument glaciale, et il fallut, en vérité, que le cadet Fenevryal rende plusieurs fois visite à son aîné pour que les choses s'améliorent, les deux frères ayant été plutôt proches auparavant..

Caym récupéra la part des rentes qui était versée à son père pour lui, et accepta, en échange, de se former à l'art familial du travail des métaux. La simple orfèvrerie ne l'intéressait pourtant pas spécifiquement, par manque d'intérêt pour les bijoux, et il obtint de Nerphan d'y adjoindre une activité plus proche d'une armurerie : créer des armes de luxe, richement ornées et décorées, mais sans en perdre de vue l'efficacité. Ce n'était cependant pas son père qui pouvait le former à cela, et il mit en avant la brouille, évidente, de leur famille pour être engagé dans une armurerie.

Là, il s'appliqua pendant près d'un siècle à apprendre tout ce qu'il pouvait sur la création d'armes, travaillant secrètement, lors de son temps libre, avec son père pour intégrer l'art de l'orfèvrerie. Lorsqu'il estima ne plus rien avoir à apprendre, il démissionna sans le moindre remords pour réintégrer officiellement l'orfèvrerie Fenevryal, mettant à profit tout ce qu'il avait appris. Il ne regagna cependant pas le manoir familial, ayant trop goûté à l'indépendance pour cela, et n'étant pas réellement réconcilié avec son géniteur, quand bien  même celui-ci ne demandait de toute évidence que cela. Tout au plus acceptait-il régulièrement de se joindre aux repas de famille, qui furent le seul biais par lequel il appris à connaître sa petite soeur.

Ayant désormais davantage de temps libre depuis qu'il travaillait pour son père, Caym en revint alors à ses amours de jeunesse : le combat et la débauche. Mais le combat clandestin des bas fonds était encore moins suffisant pour le combler qu'auparavant, après tant d'années à se muscler à la forge, et il se sentait à présent atrocement envieux des membres de l'armée. Aussi y vit-il une occasion parfaite pour à la fois suivre ses envies et faire quelque chose de réellement utile pour les Infernaux : s'efforcer de se rapprocher des membres hauts placés de la Légion, ce qui ne pourrait qu'être une position plus qu'intéressante pour agir.

En outre, son père commençait à soulever l'éventualité de se retirer à Gomorrhe, depuis qu'un accident, dans la forge, lui avait coûté un oeil et avait diminué la maniabilité d'un de ses bras. Il n'avait toujours pas laissé sa place à la tête de la famille, mais tous s'accordaient à dire que cela ne tarderait pas, et regardaient d'ores et déjà Caym comme le chef de famille officieux, à défaut d'en avoir le titre officiellement.

Derrière l'écran


Pseudo - Prénom : Eaxyr ~
Age : 'Paraît que je vais déprimer lors de mon prochain anniversaire, en passant le quart de siècle...
Comment as-tu découvert le forum ? J'sais pas, mes souvenirs ne remontent pas aussi loin !
Pourquoi t'être inscrit(e) ? Parce que je n'en ai JAMAIS assez !
Code du règlement :
Autre chose à ajouter ? Groumph.
Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seigneur de Guerre
avatar
Messages : 861
Date d'inscription : 18/05/2014

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 29
Pouvoirs: Ténèbres - Foudre - Faux des enfers
Situation:
Seigneur de Guerre
MessageSujet: Re: Caym, orfèvre bestial   Mer 15 Mar 2017 - 12:40

Re bienvenue !

Nous avions déjà discuté de la fiche avant, par conséquent je ne vois rien à redire ! Amuse toi bien!

___________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Caym, orfèvre bestial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Demeure d'Ivaldi l'Orfèvre
» [Décret] De la régularisation de la profession d'orfèvre
» « zannos caille orfèvre »
» Plaines Infinies - Chapitre 1 - Hanako Yamanaka
» Tildas GILMANDIR, Forgeron Orfèvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Enfer :: Premier Passage :: Registres :: Présentations :: Présentations Validées-