La guerre entre Anges et Démons a cessé récemment tandis que les Déchus pris en tenaille tentent de survivre. Mais un autre danger attend les anges qui tombent : le goût des démons pour les esclaves, distraction entre deux intrigues mortelles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Le parfum du Lotus pourpre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar
MessageSujet: Le parfum du Lotus pourpre.   Dim 15 Juil 2012 - 9:56

Elezir Hyell’niin





    Race :Démon.
    Classe :Démon majeur.



Pouvoirs:



    Ténèbres:

    Elezir manipule les ténèbres avec une grande finesse, et les utilise pour fournir le moins d’effort possible au quotidien, presque sans y penser. Pour attraper un verre sans avoir besoin à tendre le bras, réarranger un rideau dont le pli ne lui convient pas, mélanger les composants de ses parfums…. : de jolis petits volutes ténébreux, aussi délicats et précis que ses propres doigts, se chargent de tout cela.
    Le langoureux démon n’a rien d’agressif, aussi serait-il bien en peine de transformer les ténèbres en quelque arme que ce soit, sauf en long fouet sinueux ou en cravache épaisse, pour certains de ses jeux sexuels. Par contre, il est très prompt à s’en faire un bouclier, et même une sphère de protection à la moindre menace.

    Terre :

    La terre c’est salissant, mais il y pousse de si jolies fleurs…Ce n’est pas tant l’élément terre lui-même qui intéresse Elezir, mais grâce à ce pouvoir il possède un jardin et des serres qui produisent une partie des plantes dont il a besoin pour ses drogues et encens, des fleurs rares pour ses parfums, et bien sur ses roses bien aimées.

    Vapeurs, senteurs, drogues et poisons :

    C’est la grande spécialité d’Elezir. La plupart n’ont pas de pouvoir autre que d’enchanter les sens de ceux qui les respirent, et beaucoup ont des effets relativement inoffensifs, modifiant légèrement l’humeur, des aphrodisiaques subtils, ou des hallucinogènes sans perte totale avec la réalité, d'insidueuses vapeurs brouillant les perceptions... Mais il est bien sur capable d’accentuer ces effets, de créer des onguents paralysants, des poudres qui engendrent la folie, un parfum réellement obsédant, et la réussite dont il est le plus fier est son « Scintillement Eternel », une poussière étoilée qui fige les gens dans une sorte de sommeil où le temps n’existe plus pour eux.
    Créer un poison mortel est bien sur du domaine de ses compétences, mais il ne s’y résoudra qu’à la demande express d’un supérieur.




Arme



    Ses ongles ne sont que les vestiges des griffes acérés qu’il exhibait étant jeune, mais il suffit d’une si petite égratignure pour qu’une drogue pénètre l’organisme de l’amant ou de l’inconscient qui se trouverait au contact avec Elezir…






Dernière édition par Elezir Hyell'niin le Ven 1 Mar 2013 - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le parfum du Lotus pourpre.   Jeu 6 Sep 2012 - 15:37

La passion principale d’Elezir est la confection de parfums, mais chacun d’eux est une œuvre d’art crée sur mesure et à prix d’or pour les esthètes les plus raffinés de la Géhenne.
Par contre, il élabore de nombreuses drogues, encens et onguents dans le secret de sa chambre-laboratoire, et les vend volontiers à ses congénères.

Parmi les classiques parfums d’ambiances, aphrodisiaques plus ou moins puissants, encens relaxants, herbes à fumer euphorisantes et autres poudres décuplant les sens de ceux qui les consomment, voici quelques exemples des produits originaux qu’il propose en son bureau de Maitre des Effluves Démoniaque, dans le palais de Satan:


Sirop de rose : une liqueur nacrée et doucement parfumée, qui rend réceptif aux suggestions. L’effet est assez rapide, et d’autant plus puissant que la quantité de drogue ingérée est importante. Intéressant pour des séances d’hypnose, ou pour souffler des ordres aux personnes habituées à obéir : des démons de rang inférieur, ou des anges qui suivent si aveuglément la parole de leur blafard seigneur !


Griffe-Lion : une poudre ambrée qui se sniffe ou s’injecte pour un effet plus durable, qui supprime toute sensation de peur, d’angoisse ou de stress, redonne du courage aux moins hardis, et procure un agréable sentiment de calme ou d’euphorie selon les personnes. Le Maitre des Effluves démoniaques décline toute responsabilité en cas d’actes inconsidérés sous l’effet de cette drogue.


Carmine fantaisie : un onguent à lèvres, proposé en différents coloris du rose le plus translucide au noir le plus sombre en passant par le rouge carmine le plus provocant, qui provoque des effets aléatoires et fluctuants lorsque des lèvres ainsi maquillées se posent sur la peau. Plaisir intense pouvant aller jusqu’à l’orgasme, chatouilles irrépressible, étourdissements, douleur, excitation démesurée, contact frais, brulant, râpeux, urticant ou délassant… nul ne peut prévoir quel sera l’effet du baiser suivant. L’onguent s’estompe au bout d’une vingtaine de baisers, et n’a pas d’effet sur la personne qui le porte, à moins qu’elle ne s’embrasse elle-même.


Second souffle : Un alcool grenat très volatile, dont les vapeurs sont si puissantes qu’elles peuvent tirer même un blessé grave du coma pour quelques temps, et lui redonne un semblant de forces. S’utilise aussi dilué à raison de 1 à 3 gouttes par litre pour stimuler un organisme, repoussant ses limites de fatigue. Ce regain de vitalité incroyable, qui recharge les énergies vitales et magiques d’un individu, endommage durablement les organismes et réduit la longévité du sujet. Un coup de fouet idéal pour des serviteurs sans valeur, un précieux atout pour une séance de torture !


Métempsychoses : un large éventail de poudres à respirer, alliant des substances désinhibitrices, des hallucinogènes et l’essence vitale d’animaux et de monstres variés. Il est possible ainsi de se prendre pour quelques dizaines de minutes pour une fière manticore de feu, un chat à neuf queues ou un étalon démoniaque, et expérimenter les mœurs sexuelles inédites de la créature choisie lors de l’achat. D’innombrables croisements sont possibles pour peu que les partenaires sexuels du consommateur choisissent eux aussi de prendre ce produit, les visions étant compatibles entre elles bien sur.


Frères de vice : un parfum d’ambiance aux fragrances d’opium noir, de jasmin et de fleur de roseaux, mais dont l’ingrédient principal est le pollen de Tournefeuille, au légendaire parfum différent pour chaque personne. Petit à petit, vos invités entreront dans une communion empathique, percevant intuitivement les désirs, les attentes, les fantasmes sexuels les plus inavoués de leurs voisins, toutes les clefs pour engendre un maximum de plaisir ou de frustration. Vendu avec son antidote, pour que le maitre de soirée puisse garder ses propres désirs secrets.


Nexus pourpre : un cristal violine aux angles acérés, qui doit être gardé en bouche de façon à égratigner la langue, et fond peu à peu, le prix déterminant la taille et donc la durée de l’effet, d’une dizaine de minutes à plusieurs heures. Il transmet à son porteur les sensations de plaisir ressenties par les personnes à proximité, ce qui peut être assez éprouvant en cas de plusieurs orgasmes simultanés, et a déjà conduit quelques démons à la mort ou à la folie.
L’effet est différent si le consommateur de cristal touche quelqu’un en train d’éprouver du plaisir, quelque soit sa nature : la sensation est amplifiée pour lui, faisant du plaisir le plus banal une extase, mais est complètement volée à sa cible, qui ne ressent qu’un picotement désagréable.


Brise-mutin : un liquide rougeoyant, qui après l’injection diffuse rapidement dans le corps et prive la cible pendant quelques heures de toute possibilité de lutter face à la volonté d’autrui. Selon la force de caractère de chacun, elle peut simplement priver le corps de la capacité physique de résister, ou bien transformer la victime en une véritable marionnette qui obéit aveuglément au moindre ordre qu’il reçoit
Mais quoi qu’il en soit, la personnalité de la personne à qui cette drogue est injectée reste inchangée, et elle assiste impuissante à ce que son corps est contraint de subir.
Une version plus atténuée et plus subtile de cette drogue existe : le même produit longuement séché au feu d’une salamandre jusqu’ à ce qu’il subsiste sous la forme d’une poudre qui ingérée quotidiennement détruit peu à peu leur capacité à résister. Permet d’obtenir des esclaves ou des serviteurs dociles, mais la drogue n’est pas sélective, et ils se plieront à la volonté d’autres que celle de leur maitre.


Salamandre : Une huile de feu, contenue dans un épais flacon de pierre, qui fume à l’ouverture. Elle forme sur la peau une fine pellicule très chaude, qui protège des températures extrêmes. L’usage premier de cette huile est de se baigner dans les eaux de flammes du Pyriphlégéton en compagnie des élémentaires. Mais un amant enduit de Salamandre est particulièrement apprécié par les habitants de la Géhenne pour qui cette chaleur surnaturelle agit comme un stimulant sexuel naturel. Certains démons l’utilisent même pour torturer leurs anges, qui ont du mal à supporter ce contact brulant.


Sans-cœur : un encens dégageant une fumée noire et âcre, difficile à respirer malgré tout l’art du maitre parfumeur… à moins que ce ne soit voulu ? Au bout de quelques minutes d’inhalation, les quelques sentiments positifs qu’un démon aurait le malheur d’éprouver, tel l’amitié, la reconnaissance ou l’amour lui semble désormais appartenir à un autre. Il a conscience de leur existence, mais les analyse froidement, et peut feindre de les éprouver au lieu de les subir. L’effet dure quelques heures, et la drogue peut-être consommé sur de longues périodes sans autre effet secondaire que l’accoutumance psychologique.


Jeu d’enfant : vendu habituellement par deux petites seringues emplies d’un liquide laiteux permettent pendant une heure de vivre une très puissante hallucination qui fait replonger le sujet dans son adolescence. Les souvenirs défilent dans l’esprit du sujet, à une vitesse vertigineuse, et il faut une certaine force de volonté ou une aide extérieure pour se stabiliser à un âge précis. Le rêve commence dans un endroit familier du sujet, mais les seuls autres individus qu’il y rencontre sont ceux sous l’emprise de la même drogue qui sont à proximité. La mémoire, la mentalité et les capacités du drogué sont strictement celles qu’il avait enfant, même si peut subsister quelques impressions, notamment vis à vis d’usages précédents de cette drogue.
Le réveil se produit au bout d’une heure, ou si l’esprit se relâche après une tension extrême (mort/orgasme…), et le sujet se rappelle de chaque détail de son rêve comme s’il était réel.


Dernière édition par Elezir Hyell'niin le Mar 5 Mar 2013 - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le parfum du Lotus pourpre.   Lun 4 Mar 2013 - 22:15

Au sujet de Yonazel et Yonaphel :

Quel démon n’a pas rêvé d’avoir des serviteurs aussi dévoués, mignons et discrets, toujours là au moment ou l’on a besoin d’eux, semblant deviner les moindres désirs de leur maitre y compris quand il est énervé et n’a besoin que d’un prétexte pour frapper quelqu’un, et d’une fidélité sans faille ?
C’est peut-être bien la jalousie qui fait que bien des démons ne supportent pas les insolents diablotins qui accompagnent Elezir partout où il va, au prétexte imparable de devoir porter leur maitre infirme, et qui lorsqu’il est installé partent fureter dans tous les coins, et semblent disparaitre…



Et pourtant, les petits Yo ne sont pas réels : ils sont la projection inconsciente du pouvoir d’Elezir qui ne supporte pas d’être seul. Ce sont des fantasmes apparus au cours d’une overdose d’hallucinogènes, et qui ont pris a cours des ans une place telle dans la vie du parfumeur qu’ils lui sont devenus indispensables et qu’il croit dur comme fer à leur existence.

Une bonne partie des pouvoirs d’Elezir sont utilisés pour maintenir cette illusion, lui donner assez de force pour qu’ils le portent et accomplissent toutes sortes de gestes pour lui, il arrive même à les faire interagir avec d’autres à distance dans un cadre familier comme son manoir. Même s’ils se dissipent lorsque le démon est seul avec eux, n’existant plus que dans l’esprit fantasque du parfumeur, maintenir ce fantasme incarné demande beaucoup d’énergie à Elezir, ce qui explique sa relative faiblesse.

Viendraient-ils à disparaitre pour de bon que le cadet de la maison Hyiell’niin pourrait sans doute manipuler ses ténèbres plus efficacement que pour créer quelques volutes de fumée, nuée d’insectes inoffensifs et autres oiseaux…


Et j’en profite pour rajouter quelques nouvelles drogues au catalogue du Maitre des Effluves :


Nuit lascive : Une poudre légèrement rosée, très volatile, qui peut se fumer, être inhalée directement, ou bien pour un effet plus discret être utilisée comme sucre dans une boisson chaude, les vapeurs diffusant alors la drogue. La nuit venue, le sujet vit des rêves érotiques extrêmement forts à partir des événements et des rencontres de la journée précédente, et se réveille dans des draps aussi froissés et moites que s’il s’était réellement livré à ses fantasmes.

Double jeu : Il s’agit d’un hallucinogène qui se couple à un parfum pour son partenaire. Cette drogue est fabriquée sur mesure pour chaque client, et nécessite un fragment d’odeur ou le fluide corporel d’une tierce personne.
Le sujet après avoir bu quelques gouttes d’élixir sera alors intimement convaincu que celui qui porte le parfum est cette autre personne, et interprétera ses réactions et ses paroles de manière à ce qu’elles correspondent à la façon dont se comporterait son fantasme. L’illusion est d’autant plus forte que le partenaire joue le jeu, et dure au moins une nuit. Ne pas oublier de remettre du parfum en cas de bain.

Grosse queue : un flacon aux senteurs fortement musquées, qui contient des essences primordiales de fauves, tellement concentrées et sublimées par le maitre parfumeur qu’une bouffée suffit pour que des traits animaux apparaissent sur le sujet. Cela peut etre des crocs, des moustaches, des oreilles qui s’allongent ou de la fourrure, mais la drogue est conçue pour que pousse toujours une belle queue, longue, souple et vigoureuse, qui a la même sensibilité que la peau du démon et peut pimenter des jeux sexuels.

Sombre idiot : Une fumée d’apparence anodine, qui peut se mêler à n’importe quel parfum d’ambiance, ou être propulsée a l’aide d’un petit tube en racine de tubéreuse au visage de la cible pour un effet plus rapide, et qui brouille les facultés mentales de ceux qui la respirent au point de leur ôter toute intelligence. Un démon déjà haineux et énervé peut par contre perdre toute retenue et devenir aussi agressif qu’un chien enragé.
Il existe bien sur un antidote à cette drogue, qui vous permet par exemple d’enfumer tout une pièce de réception et de vous amuser avec quelques amis épargnés à voir les autres invités se ridiculiser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le parfum du Lotus pourpre.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le parfum du Lotus pourpre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le parfum des roses d'hiver
» Un parfum de sulfure.
» Larme pourpre - Assassin
» Scénario Premier : " Le Parfum de la Veuve Amoureuse "
» Un parfum enivrant d''idéal prisonnier [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Enfer :: Archives :: Salle des Archives :: Administration :: Liens/Pouvoirs/Prédéfinis-