La guerre entre Anges et Démons a cessé récemment tandis que les Déchus pris en tenaille tentent de survivre. Mais un autre danger attend les anges qui tombent : le goût des démons pour les esclaves, distraction entre deux intrigues mortelles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 De l'histoire aux mythes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maître de cérémonie de Satan
avatar
Messages : 892
Date d'inscription : 09/05/2012

• Feuille de Personnage
Âge apparent: Un quart de siècle ~
Pouvoirs: Ténèbres, Foudre, Dégénérescence
Situation:
Maître de cérémonie de Satan
MessageSujet: De l'histoire aux mythes   Jeu 5 Sep 2013 - 1:26


Légendes de l'Enfer et du Ciel

C'est ainsi que tout commença...

Les lourdes chaînes qui l'entravaient cliquetèrent sinistrement lorsqu'il bougea légèrement, tentant de soulager ses muscles douloureux. De lents mouvements, presque comme des pulsations, soulevaient ses six ailes enchaînées, et ses longs cheveux tombaient tristement de part et d'autres de son visage aux traits durs et marqués par la souffrance. Ses iris dorés se levèrent lentement pour fixer ses frères, qui l'entouraient, et se posèrent sur chacun d'eux pendant quelques secondes, ne marquant aucune émotion des divers sentiments qu'il lisait en eux. L'incompréhension, la stupeur, la tristesse, mais aussi une condamnation sans appel, ou un sentiment de trahison.

Trahison... Oui, il y avait eu trahison, elle avait laissé sa saveur acre dans l'atmosphère, teintant chaque geste d'amertume... Mais où était la trahison ? Etait-ce lui qui avait trahi... ou bien avait-il été trahi ? Trahi, enchaîné, et bientôt condamné...  Il était le meilleur d'entre eux, comment avait-il pu se tromper ? Comment aurait-il pu se tromper ?

"Te repends-tu, Lucifer ?"

La voix avait retenti dans les airs, trouvant des échos au plus profond du cœur de chaque ange. Le regard du prisonnier, perdu dans le vide, se remit en mouvement pour se poser sur celui qui venait de l'apostropher ainsi, avec une gravité teinté d'une once de bienveillance. A moins que cette bienveillance ne soit qu'imaginaire, qu'elle ne soit que ce qu'il aurait aimé entendre.

"Me repentir... ?"

Sa voix... Etait-ce réellement la sienne ? Cette voix rauque, presque brisée, mais teintée d'une rancoeur qu'il n'aurait jamais pensé possible, une rancoeur dont il n'avait pas eu réellement conscience lui-même avant de l'entendre ainsi... Etait-ce qu'il était devenu ? Ce qu'ils le faisaient devenir, tous, à le contempler ainsi à genoux sur le sol, emprisonné dans de lourdes chaînes qui lui interdisaient tout mouvement...

"Me... repentir ?"

Un grondement s'était échappé de sa gorge tandis qu'il répétait pour la seconde fois les paroles du Seigneur. Plusieurs anges eurent un mouvement de recul craintif en l'entendant, ce qui lui fit pousser un long rire. Ce rire sonnait comme une raillerie, de l'agressivité, de l'insolence, mais recouvrait une douleur infinie. La douleur de faire peur à ses frères, ses frères qu'il avait voulu aider, guider, en leur apportant cette connaissance qui lui était si chère... Il avait été réduit à l'impuissance, lié par ces horribles chaînes, et devrait d'ici peu subir le jugement de Dieu, et il leur faisait peur ?

"Me repentir ?!"

Ces deux mots retentirent avec force, tandis qu'il se redressait, maintenu à genoux par ses liens. Mais ses yeux brillaient d'une rage profondément ancrée en lui depuis quelques secondes, et nul n'aurait songé à se moquer de lui, tant il était intimidant, même ainsi. De longs frissons se propagèrent d'aile en aile dans l'assistance, et plusieurs anges détournèrent le regard, voire reculèrent de quelques pas. Un nouveau rire s'échappa de sa gorge, un rire encore plus froid que le précédent, un rire où chantait la folie.

"Jamais ! Je n'ai pas à me repentir ! Je n'ai pas à me repentir de quelque chose que je ne savais pas être mal !

-Tu aurais dû le sentir. Les anges sont les créatures de la foi, tu ne l'as que trop oublié, Lucifer. Vouloir tout connaître n'est qu'une manifestation d'orgueil."

Orgueil... Il ne baissa pas le regard et le fixa avec, cette fois, une insolence certaine, sans que les tintements métalliques de ses chaînes n'ôtent à son attitude son caractère majestueux et rebelle. Car c'était bien la rébellion qui embrasait ses yeux et l'ensemble de son visage, désormais, une rébellion farouche et irréductible, celle de celui qui refuse catégoriquement d'imaginer qu'il pourrait avoir un quelconque tort.

"Je suis tel que vous m'avez créé. J'ai trouvé la lumière que je devais porter. Pourquoi voulez-vous me la retirer ? Le savoir éclaire bien plus que cette foi que vous nous prêchez et qui est moins puissante que la connaissance, puisqu'elle ne m'en a pas détourné !"

Quelques murmures parcoururent l'assemblée, tandis que Dieu ne répondait pas tout de suite, contemplant l'ange enchaîné devant lui. Nul ne pouvait sonder son âme infinie, et nul ne savait et ne saurait jamais ce qu'il pensa à cet instant précis, en voyant le premier ange qu'il avait créé le remettre ainsi en question. Les murmures s'apaisèrent peu à peu, et le silence régna pendant quelques secondes avant d'être brisé par la sentence du Seigneur.

"Tu n'as rien compris, Lucifer. Je ne t'avais pas fait naître au monde ainsi. Tu as renié la lumière de la foi que je t'avais confiée pour suivre ce que tu juges être ta propre lumière. Qu'il en soit ainsi. La seule véritable lumière est la foi, et tu as abandonné cette foi. Que la lumière te quitte à tout jamais."

La puissance divine le repoussa brusquement, le projetant en arrière tandis qu'un ultime cri d'indignation et de rage lui échappait. Le sol disparut alors qu'il dépassait la dernière racine de l'Arbre des Sephiroths. Il sentit son talon buter contre celle-ci, puis le poids de son corps l'entraîna lentement en arrière, le faisant basculer vers le vide. Son cri retentissait toujours dans l'air, mais modulé par des tonalités d'effroi et de rage, et de nouveaux tintements métalliques l'accompagnèrent, en témoignage de sa vaine tentative de déployer ses magnifiques ailes blanches pour se rattraper.

Il tendit la main, sans même savoir lui-même s'il espérait que quelqu'un l'attrape, prenne parti pour lui et le sauve de cette chute dans l'inconnu et dans l'effroi, ou s'il cherchait avec une rage désespérée à entraîner le Seigneur ou l'un de ses frères dans le vide avec lui. Mais ni l'un ni l'autre ne se produisit. Il était seul, et même le fait de savoir que ceux qui l'avaient écouté et suivi risquaient fort de subir le même sort d'ici peu ne le sortait pas de cette solitude alors que son poids l'entraînait vers le bas, de plus en plus vite.

Puis tout, rage, peur, rancoeur, solitude, tout fut balayé en quelques secondes par une douleur inouïe. Un hurlement lui échappa, suffisamment fort pour que tous les anges restés sur l'Arbre l'entendent et en tremblent légèrement. Ses ailes, ses six ailes blanches qui lui étaient si chères, ses ailes n'étaient plus que souffrance, comme si elles se déchiraient de l'intérieur. Et cette douleur gagnait tout son corps, serpentait de muscle en muscle, le paralysant encore plus sûrement que ses chaînes.

Le fait de ne pas comprendre ce qui lui arrivait le laissait sans force et sans défense contre cette odieuse douleur, et il ne parvenait même pas à tourner la tête pour voir ce qui arrivait à ses ailes. Les muscles de son cou ne répondaient plus à ses ordres, crispés par de douloureux élancements. La panique montait, rongeant son âme, alors qu'il tombait. Tombait. Tombait... Puis il vit.

Des plumes dansaient dans les airs au dessus de lui, arrachées de ses ailes. De grandes et belles plumes... dont le blanc n'était plus immaculé. Leur éclat était rongé par des filaments de ténèbres, qui se mouvaient et s'étendaient, tels d'ignobles tentacules qui lui arrachaient sa lumière, fragment par fragment, douleur après douleur.

Puis sa chute cessa. Brutalement. Les chaînes se brisèrent en milliers de fragments sous le choc, tandis qu'un cri rauque expulsait tout l'air de ses poumons. Il resta de longues heures immobile sur le sol, perdu par la douleur qui l'écartelait toujours et lui faisait souhaiter la mort. Que lui restait-il pour qu'il ne cède pas à l'appel ô combien attirant de l'oubli éternel dans le néant ? Pourquoi ne pas simplement abandonner, se laisser sombrer ? Il n'avait plus rien pour le forcer à se relever et à se battre... Plus... rien... ?

Rage. Colère. Haine. Une haine brûlante et froide à la fois, une haine qui le terrifiait presque lui-même, qui l'aurait terrifié s'il n'y avait pas vu son ultime espoir. Lentement, il força son corps souffrant à lui obéir, et parvint à se redresser en partie, s'asseyant sur les genoux et relevant le regard en direction des cieux. Il attrapa une de ses plumes teintée de noir dans sa main tremblante et la serra entre ses doigts avec violence, tandis que ses prunelles prenaient la teinte du sang.

"C'est toi qui es dans l'erreur," hurla-t-il, bien que doutant fort que le Seigneur puisse l'entendre. "Et je te le prouverai ! Les ténèbres dans lesquelles tu m'as jeté étoufferont la lumière de ta foi à tout jamais !"

Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________


Autres:
 



Dernière édition par Shala'ëyen Iaslaysha le Jeu 15 Mai 2014 - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître de cérémonie de Satan
avatar
Messages : 892
Date d'inscription : 09/05/2012

• Feuille de Personnage
Âge apparent: Un quart de siècle ~
Pouvoirs: Ténèbres, Foudre, Dégénérescence
Situation:
Maître de cérémonie de Satan
MessageSujet: Re: De l'histoire aux mythes   Mar 17 Sep 2013 - 17:56


Colère et châtiment

Il y a de cela des millénaires. Les grandes guerres déchiraient le ciel, ébranlaient la terre, et les morts s'entassaient sur le sol. Les rigoles de sang qui coulaient de leurs corps déchiquetés et torturés se fondaient les unes dans les autres, tandis que la terre peinait à boire tout le liquide vital répandu par ces affrontements sans fin et sans cesse renouvelés. Ça et là trainaient des membres arrachés et des fragments de chair, et les combattants les plus puissants laissaient leurs victimes agoniser sur le sol pour partir en quête d'autres cadavres à façonner du tranchant de leurs armes et de la puissance de leurs pouvoirs.

L'horreur et la désolation planaient sur le monde entier, ombres sinistres annonçant le trépas imminent de toute forme de vie. Les temps étaient sombres, et tous craignaient la prochaine bataille, plus meurtrière encore que toutes celles qui avaient précédé. Encore une fois, dans les plaines couturées de cicatrices du Ginnungagap, les deux armées se faisaient face. L'une d'elles étincelait de lumière. Les ailes aux immenses plumes blanches émettaient une lueur sacrée presque aveuglante, tandis qu'une mélopée de prières s'élevait des rangs des combattants angéliques, qui partaient affronter l'ennemi plein de courage, mais la peine au cœur.

La peine au cœur car ils songeaient à tous ceux qui n'étaient pas revenus, et qui ne reviendraient pas ce jour-là. Ils songeaient à tous ceux qui auraient à pleurer la perte d'un être cher. Ils songeaient à tout ce sang, toutes ces souffrances et toute cette violence. Cette violence qui était causée par un seul être. Un seul être qui n'avait pas su accepter d'être puni pour son comportement, qui ne s'était pas plié à son châtiment. Un être qui avait embrasé Ciel et Enfer par sa volonté de révolte.

A leurs prières répondaient des clameurs sanguinaires et des cris de guerre. Le noir et le rouge prédominaient dans les rangs de la Légion démoniaque, et de nombreuses créatures s'ajoutaient aux simples démons. Des hydres, d'immenses félins, même des dragons. Leurs grondements se mêlaient aux cris des soldats, dont les yeux luisaient de haine. Une haine profonde, presque douloureuse pour certains. Une haine brûlante, une haine qui ne demandait rien de mieux que de se transformer en violence.

Ils avaient été rejetés, condamnés à l'exil sur des terres hostiles. Le Paradis les avait fait souffrir, et ils allaient lui rendre cette souffrance au centuple, quel que soit le prix à payer pour cela. Leurs ailes noires frémissaient d'envie de battre, déployées dans les airs, et bon nombre d'ailes avaient déjà perdu leurs plumes originelles pour se parer d'une membrane sinistre que le vent faisait claquer.

C'est alors qu'un ange sortit du rang de ses semblables. Sa cuirasse argentée brillait, et il tenait une puissante lance à la main, dont la pointe métallique était entourée d'une vive lumière sacrée. Après s'être avancé de quelques pas, il planta la lance dans le sol à côté de lui, parcourant de son regard clair les rangs des démons.

"Lucifer !"

Sa voix, prononcée d'un ton de commandement, retentit en écho dans les plaines, alors que tous se taisaient, surpris de ce brusque changement de ce qui était devenu pour tous une sanglante routine, qu'ils l'apprécient ou non. Le silence s'installa progressivement, sans que l'ange ne bouge, fixant sans crainte les rangs de ses ennemis. Ses quatre ailes avaient des reflets dorés qui se mouvaient à chacun de leurs mouvements.

Puis un lourd battement d'ailes se fit entendre. Et Lucifer se posa à quelques pas de celui qui l'avait apostrophé ainsi. Il ne portait pas la moindre arme, mais des flammes noires dansaient dans les airs à côté de lui, et semblaient jouer avec l'armature osseuse de ses six ailes membraneuses, qui se repliaient dans son dos après l'avoir porté jusqu'ici. Un sourire moqueur et dangereux dansait sur ses lèvres, et quelques filaments de ténèbres se mêlèrent à son feu sombre.

"Mikhael..." souffla-t-il d'un ton doucereux, quelques tressaillements dans ses ailes indiquant son envie de se jeter sur le Séraphin pour l'attaquer.

"Lucifer... Mettons un terme à cette tuerie. Tout cela n'a aucun sens. Reprends-toi, je t'en prie..."

Les dirigeants des deux armées se tournèrent d'un même mouvements vers l'ange qui venait de parler. Sa main droite tenait fermement une épée de lumière, et son bras gauche soutenait un bouclier blanc. En son centre était tracé une rune divine signifiant la vie, de couleur azur, tout comme les incantations angéliques qui faisaient le tour de l'écu, formant une sorte de liseré. Tout comme Mikhael, ses ailes comportaient des reflets dorés, et son regard était triste.

Le regard de Lucifer brilla de nouveau de haine, et les mouvements de ses flammes s'accélérèrent pour accompagner la brusque montée de sa colère. Il eut un geste de la main pour repousser les paroles des deux anges, et répliqua d'un ton courroucé, le regard fixé sur le nouveau venu :

"Raphael... Tout cela a du sens. Le sens que je lui donne. Vous m'avez banni à jamais hors du Ciel, vous et votre Seigneur. Vous m'avez écarté de la lumière...  Puisque le Paradis et la lumière sont à jamais hors de ma portée, je les détruirai tous deux dans une mare de sang !"

Une clameur s'éleva derrière lui pour appuyer ses propos, tandis qu'un sourire dangereux venait éclore sur ses lèvres. Un sourire qui recouvrait la douleur de sa déchéance et de son exil, une douleur qui restait vive au fond de son cœur, et ce pour les siècles à venir.

"Ne m'appelez plus jamais Lucifer... Vous qui étiez mes amis et m'avez abandonné sans remords au jugement inique de celui devant lequel vous vous agenouillez pour lui baiser les pieds en avalant chacune de ses paroles sans le moindre discernement... Ne m'appelez plus Lucifer ! Je suis Satan, Seigneur des Ténèbres, Souverain des Enfers !"

De nouveaux cris saluèrent sa déclaration, tandis que Mikhael exhalait un faible soupir. Il saisit la hampe de sa lance et la tira du sol, le regard décidé, et fit un pas vers Satan. Son regard impénétrable ne révélait rien de ce qu'il pensait intérieurement de tout cela, et sa voix grondait de colère lorsqu'il répondit.

"Puisque tu le veux, Satan. Ton orgueil n'a cessé de croître, et par ta réponse, tu montres bien oh combien le Seigneur a eu raison de te punir aussi sévèrement. Mais je ne te laisserai pas massacrer impunément les nôtres. Je voulais te laisser une chance de mettre un terme à ces guerres et de retourner dans le royaume qui est désormais le tien en évitant une nouvelle effusion de sang. Mais puisque cela est impossible... Je t'arrêterai moi-même, ici et maintenant, par la violence s'il le faut.

-Voilà qui est déjà plus intéressant... Viens me montrer si je suis aussi orgueilleux que tu le décris, ou si la vanité est de ton côté, à te croire capable de me vaincre !"

La lance étincela de lumière, les flammes noires s'élevèrent vers le ciel, et l'ange et le démon s'élancèrent l'un vers l'autre en poussant chacun un cri de guerre.

Le choc fut terrible, et leurs pouvoirs étaient tels que les deux armées ne purent qu'assister au combat de leurs dirigeants. La lumière comme les ténèbres rongeaient le sol, et bientôt les démons comme les anges durent reculer. Le sang des deux combattants coulait sur le sol, et nul ne pouvait savoir de quel côté inclinait la victoire.

Le combat fut si violent qu'aucun mot ne saurait le décrire. La terre se creusait et mourrait sous leurs assauts, et l'air retentissait du fracas de leurs coups. Et deux hommes parvinrent à déployer autant de puissance et autant de combattivité que les deux armées qu'ils remplaçaient sur le champ de bataille. L'un portait les couleurs noires de la rébellion et de la vengeance, l'autre défendait la justice et la loyauté. Mais si leurs pouvoirs respectifs étaient immenses, ils n'étaient pas égaux pour autant.

La haine, la rancoeur et la rage qui brûlaient dans le cœur de Satan lui avaient dévoilé des potentiels jusqu'alors totalement inconnus. Peu à peu, il poussait l'ange dans ses derniers retranchements, riant de le voir ployer peu à peu devant sa nouvelle puissance. Et le regard de Raphael se faisait de plus en plus tourmenté tandis qu'il observait le combat titanesque qui se déroulait sous ses yeux.

Puis Mikhael se dégagea. Ses puissantes ailes l'amenèrent sur le rebord du cratère créé par leur combat, et il tendit une main devant lui pour déployer un bouclier de lumière. A peine une seconde plus tard, les coups de son adversaire frappaient sa protection. Il planta sa lance dans le sol à ses pieds et s'agenouilla devant elle, joignant les mains et entamant une incantation. Un rituel angélique qui fit pousser un cri de rage à Satan, dont les attaques redoublèrent, à tel point que le bouclier de Mikhael se fendillait déjà après quelques secondes seulement. Des fissures s'y formèrent et grandirent, annonciatrices de sa destruction prochaine.

"NON !"

Le bouclier céda, et une gerbe de flammes noires s'élancèrent vers l'ange à genoux. Et se brisèrent sur le bouclier de Raphael. Celui-ci accusa le choc, faisant un pas en arrière, puis leva de nouveau ses armes. Dans ses yeux dansait le tourment, mais également la détermination, et la lumière émanant de la lame de son épée s'accentua.

"Je ne te laisserai pas faire ! Je ne te laisserai pas détruire le Paradis... quoi qu'il m'en coûte !

-Oh... ? Crois-tu une seule seconde avoir la puissance de me défaire, pauvre fou ?"

Raphael raffermit son emprise sur ses armes et bloqua une nouvelle attaque, les runes de son bouclier s'émiettant en partie sous la puissance du Seigneur des Ténèbres. Des frissons inquiets agitaient ses ailes immaculées, mais il tint bon, en dépit de la chaleur qui lui brûlait profondément le bras gauche.

"Non. Pas une seconde. Et je ne souhaite pas te détruire. Mais si moi je ne le peux... Mikhael le fera. Lucifer..."

Le corps de Mikhael s'illumina alors de l'intérieur, tandis qu'il prononçait le dernier mot de son incantation. Il se redressa en saisissant sa lance, sur la pointe de laquelle toute cette lumière se focalisa, et écarta Raphael de son autre main, avant de projeter son arme de toutes ses forces en direction de Satan.

Un bouclier de ténèbres enflammées l'arrêta, mais la lumière se fraya un chemin à travers celui-ci, et atteignit le Souverain des Enfers en plein cœur. Un hurlement de douleur et d'indignation franchit les lèvres de celui-ci tandis que la lumière gravait à jamais une rune dans sa chair. La lance retomba alors sur le sol, terne et vidée de son énergie. Et en même temps s'effondrèrent Satan et Mikhael.

Depuis ce jour, Satan ne put plus franchir la frontière des Enfers, enfermé dans ce lieu dont il avait fait son royaume. Et les pouvoirs de Mikhael furent taris par l'incantation dont il avait usé pour parvenir à ce but, tout comme le bras de Raphael était à jamais marqué par la puissance des flammes du Seigneur des Ténèbres. Aucun d'eux ne fut plus jamais vu sur les champs de bataille durant les siècles qui suivirent.

Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________


Autres:
 



Dernière édition par Shala'ëyen Iaslaysha le Lun 27 Fév 2017 - 0:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître de cérémonie de Satan
avatar
Messages : 892
Date d'inscription : 09/05/2012

• Feuille de Personnage
Âge apparent: Un quart de siècle ~
Pouvoirs: Ténèbres, Foudre, Dégénérescence
Situation:
Maître de cérémonie de Satan
MessageSujet: Re: De l'histoire aux mythes   Ven 24 Jan 2014 - 22:47


Et Satan était né...

Ils étaient tombés les uns après les autres. Avec des cris de douleur, de haine, de désespoir ou de révolte. Tous ceux qui l'avaient suivi, qui avaient écouté ses paroles. Tous ceux qui avaient accordé une trop grande place à la connaissance dans leur cœur. Il les avait vus le rejoindre. Il les avait relevés, soignés. Seule la révolte le tenait encore debout, le refus de se soumettre à ce jugement, et l'envie brûlante de se venger de ce qu'il venait de subir. Peu lui importait à présent de savoir si sa condamnation et son châtiment étaient justes ou injustes. Il avait souffert, et il voulait les faire souffrir en retour. Dieu, et les anges qui avaient laissé faire. Tous ceux qui l'avaient vu souffrir, qui l'avaient vu chuter.

Les premiers jours avaient été sanglants. Dès que la nuit tombait, que les ténèbres envahissaient ces terres, le sang coulait. Ils entendaient des cris, des bruits de lutte... Et le lendemain, ils constataient, effarés, que l'un de leurs compagnons manquait à l'appel. Un ou plusieurs. Nul ne voyait jamais ceux qui les attaquaient ainsi. Ils opéraient en silence et emportaient l'un des leurs, laissant pour toute trace une ligne sanglante sur le sol.

Mais les ténèbres les terrifiaient, et ils n'osaient rien faire lorsque régnait l'obscurité, se laissant décimer nuit après nuit. Nombre d'entre eux rêvaient encore de pouvoir remonter au Paradis, nombre d'entre eux pleuraient et priaient durant la nuit, pleuraient pour leur famille, priaient pour leur salut. Ils étaient crucifiés entre les ténèbres qui étaient devenues leurs sans qu'ils ne les aient acceptés, et la lumière qui les avait fuis sans qu'ils ne l'aient abandonnée.

Lucifer voyait tout cela, et son cœur en souffrait. Son cœur hurlait de rage, hurlait pour avoir sa vengeance, mais il hurlait avant tout de la détresse de ses compagnons. Lui qui avait été condamné le premier, il se sentait responsable de tous ces êtres enchaînés aux mêmes souffrances que les siennes, pour une faute dont l'origine était à chercher dans son propre cœur. Il les voyait souffrir à cause de lui, et jamais leurs regards, lorsqu'ils se posaient sur lui, ne comportaient de reproche ou de rancoeur.

Alors il avait essayé. Il avait passé des nuits à veiller, ses yeux scrutant les ténèbres autour de lui, en dépit de sa peur, pour tenter de discerner leurs assaillants. Mais il n'avait rien vu d'autre que des ombres lointaines, qui s'évanouissaient dès qu'il tentait de se jeter sur elle. Et ses veilles, qui l'épuisaient, n'avaient aucune incidence sur le nombre de mort. Avec la fatigue, le désespoir le guetta. Ne pouvait-il rien faire pour aider ses frères... ? Etaient-ils réellement condamnés à se faire détruire à petit feu par des ennemis qu'ils n'arrivaient pas à toucher ?

Mais il n'abandonna pas. Abandonner n'était tout simplement pas envisageable pour lui. Afin de surmonter l'épreuve de la condamnation de Dieu, il s'était réfugié dans l'orgueil. Et l'orgueil l'avait dévoré de l'intérieur. Ce fut ce qui le sauva. Sa fierté détournée ne pouvait plus supporter l'échec. Il ne s'était pas trompé, Dieu avait tort. Et s'il ne s'était pas trompé... Il ne se tromperait pas plus à l'avenir. Il devait le prouver, le prouver au monde tout entier. Et pour cela, il devait survivre. Lui, ainsi que ses compagnons.

Aussi affronta-t-il les ténèbres à nouveau. Mais non pas les ténèbres de la nuit, comme il l'avait vainement essayé, mais ses propres ténèbres. Les ténèbres intérieures que sa déchéance lui avait léguées... Il ne devait pas les voir comme une tare, il devait les accepter. Car elles faisaient partie de lui, et qu'elles seules pouvaient lui donner le pouvoir qu'il cherchait. Le pouvoir de se dresser face au Seigneur et de le combattre.

Cette pensée ne le quitta pas pendant les jours qu'il passa immobile. Les paupières closes, les ailes tremblantes, il cherchait. Il cherchait l'origine de son nouveau pouvoir, au plus profond de son âme, afin de l'apprivoiser, et de lui faire faire ce qu'il souhaitait. Certains anges déchus prirent peur en le voyant faire. D'autres, peu nombreux, reprirent courage également, et vinrent s'installer autour de lui. L'aura sombre qu'ils dégageaient l'aida dans sa quête, et ils le protégèrent des prédateurs nocturnes. Autour d'eux, les morts continuaient.

Puis, un soir, alors que le soleil se couchait, il rouvrit les yeux. Et ses prunelles, autrefois dorées et désormais si sanglantes, brillaient de détermination et d'assurance. Tous les anges tournèrent leurs regards vers lui, même ceux qui s'étaient inquiétés pendant sa transe. Il se leva, les lueurs enflammées du couchant se reflétant sur ses longs cheveux, et leur adressa la parole en ces termes :

"Suivez-moi, et je vous protégerai. Ces ténèbres dans lesquelles Dieu a voulu nous enfermer, j'en ferai notre forteresse la plus solide, le rempart que nul ne pourra jamais franchir, et derrière lequel nous serons en sûreté. Cette obscurité effrayante, je l'ai domptée, et j'en deviendrai le maître. Ici, sur le lieu de ma chute, je bâtirai une ville. Ma ville. Il est l'heure pour vous de choisir. Plonger dans les ténèbres avec moi, ou les fuir loin de moi."

Un long silence régna suite à ces paroles. Puis, lentement, un ange se leva. Puis deux. Puis trois. La tête baissée, n'osant pas croiser le regard de celui qui avait été le premier d'entre eux, ils s'écartèrent lentement. D'autres encore les imitèrent, certains avec hésitation, d'autres avec honte, d'autres encore en ne manifestant qu'une simple gêne. Mais tous étaient mal à l'aise de ne pas suivre ainsi Lucifer.

Ce dernier resta immobile tandis qu'ils partaient. L'obscurité descendit sur les terres de l'Enfer... Et le pouvoir de Lucifer se déploya. Son aura déferla autour de lui, jetant ses compagnons au sol. Ses compagnons, mais également les habitants des Enfers qui venaient, comme chaque nuit, s'en prendre à eux. Terrifiés, comprenant qu'ils ne pouvaient plus lutter, ils s'agenouillèrent devant l'ange déchu, lui prêtant allégeance.

Et son premier ordre fut de les lancer aux trousses de ceux qui s'étaient détournés de lui. Leurs cris d'agonie retentirent, faisant frissonner d'effroi et de malaise tous les anges. Mais aucun ne bougea, et leurs regards restaient fixés sur Lucifer. Leur Seigneur. Et le Seigneur de ces terres, sans nul doute. S'il ne l'était pas déjà, il le serait bientôt.

Les jours et les semaines passèrent. Peu à peu, un immense palais de pierre noire se dressa sur le lieu de la chute de Lucifer. Une place fut construite sur celui-ci, et une statue du Seigneur des Ténèbres - comme il se plaisait à se faire désormais appeler - y fut érigée. Puis, tout autour se construisit une véritable ville, séparée en deux zones. Dans la première s'installèrent les anges déchus. Dans la seconde, les créatures des Enfers.

La Géhenne était née.

Puis un jour, quelques décennies après la construction de la ville, Lucifer convoqua tous les siens sur la grande place. Lorsqu'ils furent tous rassemblés, il parut sur le seuil du palais. Son regard sanglant parcourut son peuple, mais il ne prononça pas un mot. Au contraire, il ferma les yeux, et  laissa son âme sombrer dans ses ténèbres.

Des plumes noires commencèrent à choir de ses ailes, tombant sur le sol à ses pieds. Des gouttes de sang les rejoignirent bientôt, sous le regard stupéfait de l'assistance, qui n'avait aucune idée de ce qui était en train de se jouer. Puis ses ailes se déployèrent lentement. Plus aucune plume ne s'y trouvait, remplacées par des membranes noires qui claquèrent sinistrement sous le vent des Enfers.

Un mince sourire apparut sur ses lèvres, sans que son visage ne laisse voir la moindre trace de la vague de souffrance inouïe qui avait accompagné sa transformation. Il attendit que le calme total revienne avant de prendre la parole.

"Lucifer était un ange. Le premier et le meilleur d'entre eux, mais il restait un ange. Désormais, je suis le Seigneur des Ténèbres. Je suis Satan, le premier des démons et leur souverain à jamais."

Un à un, les anges déchus qui lui étaient restés fidèles s'avancèrent, et firent le sacrifice de leurs plumes d'ébène pour rester proches de lui. Ils devinrent les premiers démons. Les Seigneurs démoniaques.

Car démons, les habitants de l'Enfer ne l'étaient pas. Mais ils le devinrent au contact de l'aura de Satan. Les meilleurs d'entre eux devinrent les Démons majeurs. D'autres prirent l'appellation de Démons mineurs. Et les plus faibles furent relégués au rang de Diablotins.

Ainsi s'organisa la société des Enfers. Mais le souvenir de cette époque se perdit, et seul Satan a gardé la mémoire de ces temps.

Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________


Autres:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: De l'histoire aux mythes   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'histoire aux mythes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Vikings, histoire, mythes, dictionnaire (Régis Boyer)
» Mythes et réalités, histoire du roi Arthur
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Enfer :: Premier Passage :: Règlement et Contexte :: Livre d'histoire-