La guerre entre Anges et Démons a cessé récemment tandis que les Déchus pris en tenaille tentent de survivre. Mais un autre danger attend les anges qui tombent : le goût des démons pour les esclaves, distraction entre deux intrigues mortelles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Loup des monstres
avatar
Messages : 140
Date d'inscription : 16/10/2013

• Feuille de Personnage
Âge apparent: Une petite vingtaine ~
Pouvoirs: Ténèbres (Nécromancie)
Situation:
Loup des monstres
MessageSujet: Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène   Mer 16 Oct 2013 - 23:52





Shreyas Umrao

Surnom : Le Chiot, et je mords. Ou sinon, Shre.
Âge : Un peu plus de deux siècles
Race : Démon
Classe : Démon mineur
Préférence : ... Dominant, ça amène des ennuis...

Rang personnalisé : Loup des monstres

Description Mentale


Définir mon caractère... Ce n'est pas des plus simples. Bon, on va appliquer une méthode qu'on m'a donnée pour tenter de réfléchir rationnellement. La liste !

Gourmand. Ca, personne ne dira le contraire. Je n'aime rien tant que manger, de la viande et des desserts principalement. En sauce, la viande ! Et avec des féculent avec, des pâtes, des pommes de terre, de la semoule... Les légumes, par contre, j'aime beaucoup moins ça. Même si quelques légumes dans une viande en sauce, ce n'est pas trop mal... Et pour les desserts, le mieux du mieux, c'est les pâtisseries au miel ! Bien dégoulinantes... Mais tout ce qui est bien sucré, ou avec un goût prononcé, j'aime ça !

Paresseux. Je ne reste pas forcément une éternité au lit. Je n'en ai pas le loisir, puisque je travaille. Mais outre les nombreuses petites siestes que je m'accorde... Je n'aime pas me fatiguer à résoudre les problèmes. Quand des ennuis se profilent à l'horizon, je file la queue entre les pattes, pour éviter d'avoir à m'en charger. Et ma position me permet de ne pas trop m'investir dans le jeu politique, puisque je dois plaire à tous, et donc avoir de bons rapports avec tout le monde.

Animal. J'aurais peut-être dû commencer par ça, mais je n'en avais pas envie, alors na, je fais ce que je veux. Donc étant à demi animal, nécessairement, j'en ai nombre de traits. J'aboie, je gronde, je couine. Mes oreilles accompagnent mes expressions, tout comme ma queue. Ah, et lié au premier point de la liste...  Je suis corruptible par la nourriture. Très corruptible. J'en serais presque à faire le beau pour obtenir un cuissot de dragon, pour vous donner une idée.

Alors oui, le meilleur moyen pour faire ma connaissance, c'est de me proposer à manger. Ou pour bien me disposer envers vous. Mais attention, ça ne me fera pas tout accepter pour autant. Je ne pense pas qu'à manger, et je suis encore capable de réfléchir, même si vous me mettez face à un buffet de pâtisseries au miel. ….... Bon, d'accord. De presque réfléchir.

Appliqué. Nul ne dira le contraire, je mets du cœur à l'ouvrage depuis que j'ai été nommé à la tête des Arènes de la Géhenne. Je ne compte pas mes heures lorsqu'il s'agit d'organiser les spectacles, et je fais tout ce que je peux pour que tout soit fait au mieux. Je me charge même moi-même de bon nombre de choses, et pas uniquement des négociations avec les nobles, comme le Grand Veneur ou l'Exécuteur suprême. Je sais aussi aller aider à démêler la toison un Griffon, ou ce genre de choses.

Lunatique. Je ne m'explique pas toujours mes prises de décision et mes réactions. Et je peux changer très facilement de sentiment, parfois avec raison, parfois de manière plus inexplicable. Je réagis selon ce qui se passe, non pas au jour le jour, mais minute après minute. Alors forcément... Mais mon côté animal n'améliore pas les choses, je suppose. Je me laisse porter par les événements, sans trop réfléchir, et vu que les événements changent sans cesse et parfois brusquement... Bah moi aussi. Voilà.

Obstiné. Lorsque j'ai une idée en tête ou que je me suis fixé une ligne de conduite, il est assez difficile de me faire changer d'avis. Voire impossible, sauf si vous avez d'excellents arguments. Et que vous arrivez à me les faire écouter. Pas entendre, mais écouter, réellement, et les prendre en compte autrement que juste faire mine d'être d'accord avec vous pour éviter des complications et des disputes sans fin.

Description Physique


A quoi je ressemble ? Oh, si vous cherchez à me reconnaître dans la rue, ce n'est pas difficile. Vraiment pas. J'aurais tendance à dire que c'est même beaucoup trop facile. Il n'est pas possible de ne pas me reconnaître. J'ai de graaaandes oreilles au dessus de la tête ! Elles sont grises, toutes poilues avec de la fourrure de partout, et elles bougent selon mes émotions. Des oreilles de loup, en fait. Oui, d'accord, c'est plus simple de le dire comme ça. En précisant qu'elles sont presque noires à l'extérieur, et d'un gris plus clair dedans. Maiiiiiiiiiiis laissez-moi m'enthousiasmer sur mes oreilles ! Méchants !

Bon, donc à part ça, j'ai aussi une queue. Une belle queue de loup, qui démarre au dessus de la naissance de mes p'tites fesses. Elle aussi, elle est dans des teintes de gris, allant du gris clair au gris sombre, et avec une touche de noir. Bah oui, bien sûr, elle bouge aussi selon si je suis content ou pas. C'est une vraie queue, pas une queue empaillée. C'est quoi ces questions, franchement... ? Tsss...

Sinooon... Je mesure à peine 1m70. 1m69 exactement, et tant pis si c'est pas grand, au moins le nombre est classe ! Et j'ai l'air un peu plus grand que je ne le suis, parce que je suis fin et que cela me donne un air élancé qui compense mon manque de centimètres par rapport à un certain nombre de démons. Mais attention, je suis fin, mais musclé ! Forcément, si j'étais un freluquet, je n'aurais jamais pu atteindre la place que j'ai maintenant...

Que dire d'autre... Ah, oui, quelques petits détails qui ont leur importance... Mes cheveux sont comme mes poils, à l'exception de deux mèches, qui étincellent des couleurs du feu. Je les ai la plupart du temps détachés, tombant en crinière jusqu'à mon bassin, sauf une mèche, à droite de mon visage la plupart du temps, que je tresse. Et lorsque je suis nerveux, je défais et refais la tresse en question. Mes yeux, eux, brillent d'un or profond, tirant sur l'orange. Un peu comme ma mèche de couleur, en fait.

Sur mon épaule gauche, j'ai une marque rougeâtre, représentant... Je ne sais pas vraiment quoi, en fait. Je ne l'ai pas demandé à ceux qui me l'ont faite. Peut-être trois pétales encastrés les uns dans les autres ? Une mini-rosace tronquée ? Je n'en sais rien. En tout cas, elle est là. Et dans mon dos, tatouée en rouge sombre, et cette fois par ma volonté, une marque composée de volutes, qui s'étend de l'une de mes omoplates à l'autre : le glyphe antique désignant le loup.

Il me semble avoir fait le touuuur... Ah non, mes habits ! Bon, comme vous vous en douterez, étant à moitié animal, je ne me couvre que rarement beaucoup. Je mets des habits assez moulants, fréquemment en cuir pour le pantalon. Rarement des manches, j'aime sentir l'air sur mes bras. Par contre, j'aime beaucoup tout ce qui est attaches, ceintures, boucles, et j'en ai sur mes vêtements même à des endroits où ce n'est pas justifié. Et j'ai de lourdes bottes noires.

Histoire


Et des oreilles furent
Je ne me souviens pas du jour de ma naissance. Bien sûr que non. Mais l'histoire m'en a été contée tant et tant de fois que j'ai parfois l'impression qu'il me suffirait de fermer les yeux pour voir les images défiler devant mes yeux. Pas de l'instant de ma naissance. Les souffrances de ma mère, ses heures de travail, et le fait qu'elle y ait laissé la vie... Cela m'a juste été résumé, comme si cela n'avait au final que peu d'importance.

Mais quelques heures plus tard... Quelques heures plus tard eut lieu l'événement qui devait décider de toute ma vie. Notre famille avait toujours eu un animal protecteur, un familier qui assistait chaque membre durant toute sa vie. Pour cela, il fallait un rituel, afin de lier l'esprit du monstre à celui du nouveau-né. Je fus donc posé au centre d'un cercle d'incantation, et;l'animal qui devait devenir mon totem fut mené devant moi. Un Loup des Ténèbres.

Mon père présidait la cérémonie. C'était lui qui psalmodiait les formules nécessaires à la création du lien entre nous. Je ne sais s'il avait passé une nuit de débauche, s'il s'était drogué, si la mort de sa femme l'avait un tant soit peu affecté... Nul n'a voulu me répondre sur ce sujet. Toujours est-il qu'il fit une erreur dans son rituel. Un mot changea, et le hasard voulut que ce mot mal prononcé forme un autre mot existant... transformant le sens de l'incantation.

L'essence du loup, au lieu de m'être subordonnée en tant que familier, fusionna avec la mienne. Une queue se fraya un chemin sur mon arrière-train, tandis que des oreilles apparaissaient sur ma tête. Les runes du rituel, elles, vinrent s'enrouler autour de deux de mes mèches de cheveux, les teintant d'un rouge-orange lumineux. Et j'aboyai joyeusement en regardant mon géniteur effaré par ce qui venait de se passer.

Et ça pond, et ça pond, un démon...
Si j'avais eu au moins un frère, nul doute que ma vie se serait arrêté ce jour-là. Mais mon père n'avait pas d'autre descendant que moi, et dans le doute, il était obligé de me garder jusqu'à engendrer un autre héritier. Mais il avait, je pense, bien l'intention de ne pas transmettre son nom à un être mi-démon mi-loup...

Il lui fallut un moment avant de réussir à trouver une nouvelle épouse.  Il n'avait pas de protecteur, juste un poste de Veilleur pour défendre sa famille, dont l'alliance n'était donc pas des plus intéressantes. Autant dire que les autres Démons mineurs ne se précipitaient pas pour lui offrir leur fille. D'autant plus que lorsqu'ils venaient, ils finissaient immanquablement par tomber sur moi, puisque je galopais partout dans la maison à quatre pattes, en dépit des efforts de mon paternel pour m'enfermer dans une quelconque pièce. Ce qui les dissuadait encore plus.

De tout cela, je ne m'en souviens pas bien. A peine quelques vagues images de familles qui se succédaient dans le salon, parlaient puis repartaient de là où elles venaient. Mon père renonça alors pendant une vingtaine d'années, et s'efforça de m'élever pour voir s'il était possible d'écraser mon côté animal. Il y parvint d'une certaine manière, me dotant de l'esprit et des manières d'un démon. Mais je restais par bien des côtés proche du loup qui avait fusionné avec moi, et il ne put jamais m'empêcher d'aboyer, par exemple.

Lorsque j'atteignis mes trois décennies, il se lassa finalement, et repartit en quête d'une compagne pour avoir un autre fils et pouvoir m'abattre sans remords. Il finit par la trouver. En désespoir de cause, il épousa la fille d'une famille de Démons mineurs qui n'avait pas la moindre importance dans la Géhenne, et dont personne auparavant n'avait voulu, préférant attendre pour avoir une alliance plus avantageuse.

Quelques années plus tard lui vint un enfant. Dès qu'il apprit la grossesse, mon père m'enferma dans le cellier, se contentant de me donner à manger, pour me garder en vie au cas où cet enfant ne soit pas viable. Et il fit bien, puisque ma belle-mère fit une fausse couche, me laissant toujours seul héritier. Mais mon esprit était bien plus éveillé qu'avant, et j'avais compris. Lorsque mon géniteur me libéra, je savais ce qu'il me restait à faire.

S'il me naissait un petit frère, si ce petit frère dépassait quelques années, je mourrais inéluctablement. Mon père voudrait effacer toute trace de sa ridicule erreur. Je me doutais qu'il ne me tuerait pas à la naissance, craignant la mortalité infantile. Aussi ma route était-elle toute tracée, et je la suivis rigoureusement.

Un second enfant fut conçu peu de temps après. Celui-ci arriva à terme, mais disparut une semaine à peine après sa naissance, et nul ne le retrouva. Cette mésaventure se reproduisit à chaque accouchement, avec des délais variables. Il va sans dire que mon père me soupçonna rapidement, mais il n'avait aucune preuve que j'en sois responsable. Il décida malgré tout de me cacher les grossesses de sa femme... Mais il était impossible de tromper mon odorat, et bien souvent je le repérais avant lui.

Et il n'était ni assez riche, ni assez influent pour pouvoir se permettre de faire élever son enfant ailleurs que chez lui. Alors il m'enfermait, il surveillait autant qu'il lui était possible son nouvel enfant... qui finissait toujours par disparaître, malgré les efforts des deux Diablotins auxquels son emploi lui donnait droit. Il ne comprenait pas, et passait à chaque fois des heures à chercher. Si c'était moi qui les enlevais... Il fallait bien que je les débarrasse d'une manière ou d'une autre, puisque je ne pouvais pas sortir.

Il ne se doutait pas que grâce à mes dents pointues, il me fallait à peine quelques minutes pour dévorer un nouveau-né, n'en laissant que quelques os que je cachais avec les restes de mes repas, composés en grande partie de viande puisque ma constitution l'obligeait... Bon, je n'appréciais pas tant que ça le goût de la viande de démon, et je m'en serais au final bien passé, mais c'était la seule manière que j'avais trouvée.

Puis un jour, je n'eus pas besoin d'intervenir. Un Faucon rougeoyant s'introduisit dans l'appartement et se chargea à ma place du nouveau-né indésirable. Les cris, de l'oiseau comme de l'enfant, attirèrent toute la famille, et nous nous figeâmes sur place. Ma belle-mère fut la première à réagir. Elle avait beaucoup souffert de la perte successive d'une bonne douzaine d'enfants, et ne put supporter la vue de ce carnage. Poussant un cri de tigresse, elle attrapa le tisonnier de la cheminée et se jeta sur le monstre !

Mon père ne tarda pas à la rejoindre dans le combat, pour lui éviter de se faire écorcher vive en quelques secondes. Pourtant, elle se défendait bien, et à deux, ils finirent même par mettre à mort le visiteur indésirable. Mais ils n'étaient pas indemnes, et je dus courir chercher de quoi les soigner chez l'apothicaire du quartier. Le couple était tout de même apprécié de celui-ci, puisque ma belle-mère l'avait aidé quelques fois à tenir sa boutique, et il vint en personne leur administrer les soins nécessaires.

Et la sentence tomba. Ma belle-mère avait eu le ventre lacéré, et même avec les soins et la magie de ténèbres de son époux pour aider à la cicatrisation, elle ne pourrait plus jamais avoir d'enfants. A cette nouvelle, le regard de mon père, qui tenait sa femme dans les bras, dévia sur moi. Et je lui fis un grand sourire.

Meurs, sale chien...
Les années passèrent sans réel heurt. Mon père avait visiblement renoncé à m'écarter de sa succession, et ma belle-mère vivait dans le souvenir de ses enfants morts. Et moi, de mon côté, j'apprenais à dompter ce que j'étais. A connaître mes capacités, quelles qu'elles soient, ainsi que leurs limites respectives.

Je me mis à me promener dans le quartier, et ne tardai pas à me faire agresser par nombre de jeunes de mon âge - et de moins jeunes, également. Mais j'y étais préparé. Vu la manière dont mon propre père me traitait, qu'aurais-je pu espérer de la part d'inconnus ? Et il fallait que j'apprenne à me défendre contre ce genre de choses si je voulais arriver à quoi que ce soit par la suite ! Que je ne me laisse pas faire !

… Bon. Les premières fois, l'efficacité de ma démarche ne fut pas prouvée, puisque j'en ressortis éclopé de toutes parts, et réussissant à peine à marcher. Et ce un certain nombre de fois, même. Si je devais être un minimum honnête. Mais l'essentiel était de persévérer !

Rapidement, la nouvelle de mon existence, que mon père avait tenue secrète pendant tout le reste de mon existence, se répandit dans les bas-quartiers où nous habitions. Et des bandes venaient près de chez nous juste pour me voir et, bien souvent, me frapper. Ils me traitaient de chien, d'animal. Je compris rapidement qu'ils avaient peur de moi parce que je n'étais pas comme eux. Je les dérangeais. Et j'en étais bien heureux...

Les années passant, j'arrivais, non pas à répliquer, mais au moins à esquiver une bonne partie des coups que j'aurais dû recevoir. Et parfois, mes crocs aiguisés se refermaient sur un bras ou une jambe, que je lacérais alors dans les règles de l'art. A cause de cela, mes agressions changèrent. Ou plutôt mes agresseurs. Les Diablotins me laissaient tranquille, tenant à l'intégrité de leurs corps, et j'avais à affronter soit des groupes, soit des démons aux pouvoirs puissants, soit de futurs soldats venant tester leur entraînement. Et le jour de mon passage à l'âge adulte approchait...

Décidément, les rituels et moi...
Le jour de mes soixante-six ans approchait. Et ce jour-là, mon père devrait me dire officiellement qu'il faisait de moi son héritier. Puisqu'il n'avait pas d'autre possibilité. J'étais tout excité, et ma queue remuait toute seule à cette idée. Enfin. Après tant d'années, tant d'efforts pour ne pas laisser mon géniteur mettre un terme à mon existence... Il allait être obligé de me reconnaître ! Enfin !

Je brossai presque ma crinière grise et quittai ma petite chambre exiguë pour me rendre dans la pièce principale. Mon père s'y trouvait, et il me fit signe de m'asseoir en face de lui. Ce que je fis, ramenant soigneusement ma queue sur mes genoux. Mon géniteur m'observa, puis se mit de l'autre côté de la table.

"Shreyas. Aujourd'hui, tu deviens officiellement un adulte, malgré ton existence mouvementée et ce que tu es. Tu n'es pas un démon à part entière, mais tu restes mon fils. C'est pourquoi je me dois de te prévenir. Il y a vingt ans, j'ai eu un fils avec une Diablotine qui travaillait en compagnie des Veilleurs."

-Quoi ? Mais pourquoi tu me dis ça ? Tu ne vas pas...

-Si. Je vais tenter de le faire légimiter, en présentant une requête au Garde des Sceaux, pour faire de lui mon héritier."

Je n'en attendis pas davantage et je m'enfuis de la maison, des larmes brouillant ma vision. Non... Ce n'était pas possible... Je n'avais pas fait tout cela pour rien, je refusais catégoriquement cette idée... Je courus pendant des heures. Puis je marchai. Je marchai dans les rues, les yeux baissés, les oreilles pendantes et la queue basse. Et je ne les entendis pas venir.

"Eh bien, sale cabot, on cherche les ennuis... ?"

Ils m'entouraient. Je tentai de m'enfuir, mais un lasso m'attrapa à la gorge, me meurtrissant le cou et me faisant tomber au sol. Ils me bloquèrent, ils m'attachèrent avec des cordes, même si je leur arrachai quelques doigts et leur déchirai la chair à plusieurs reprises. Et l'un d'eux s'approcha avec un fer chauffé à blanc à la main, pour l'appliquer sur mon épaule.

Mon hurlement de douleur retentit loin dans les rues plongées dans les ténèbres de la nuit, tandis que des larmes coulaient sur mes joues. Je me débattais dans mes liens, me meurtrissant les membres. En vain. J'étais toujours prisonnier. L'un d'eux attrapa ma tête et me l'immobilisa, tandis qu'un autre s'approchait avec une aiguille, voulant me crever les yeux.

Pitié, quelqu'un... Sauvez-moi !

Princesse poilue en détresse !
Alors que je croyais ma fin arrivée, tout se passa en l'espace de quelques secondes. Des ténèbres surgies de je ne sais où abattirent ceux qui me faisaient souffrir ainsi, et je me retrouvai seul. Pas pour longtemps, puisque je le vis sortir des ombres. Son regard d'acier était aussi inexprimable et in déchiffrable qu'une pierre polie, et je n'avais pas eu conscience de sa présence avant qu'il ne se montre, je n'avais même pas perçu son aura.

Il s'avança vers moi et défit les cordes qui me maintenaient, sans prononcer la moindre parole. Avec habileté, il vérifia que je n'avais pas de blessure trop grave - du moins en eus-je l'impression, mais comment savoir en face d'une porte de prison ? - puis il me laissa au sol et repartit dans une autre direction... Disparaissant rapidement dans les ombres. C'était comme si sa présence s'était évanouie, purement et simplement.

Je mis de longues minutes avant de parvenir à retourner chez moi. Et je savais ce que j'allais faire, désormais. J'allais le retrouver. Et pour cela, mon odorat me serait d'un immense secours. Je passai quelques années à le chercher partout dans la Géhenne, de plus en plus anxieux au fil des démarches engagées par mon père pour reconnaître et faire son héritier de son enfant illégitime. Et si je ne le retrouvai pas à temps... ? Et si je finissais par me faire tuer et que tous mes efforts n'aient réussi qu'à retarder l'échéance de trois quart de siècle ?

Puis je le retrouvai enfin. Et la suite dépassa mes espérances. Il était un Seigneur démoniaque. Le Maître-Espion. Rakesh Darpann. J'allais pouvoir m'en sortir ! Il le fallait... Il fallait que j'y parvienne... Je me mis à le suivre partout. Dès que je le pouvais, j'étais à ses côtés, et je faisais tout ce que je pouvais pour lui être agréable. Il m'avait déjà sauvé une fois... Il fallait que je fasse de lui ma planche de salut pour échapper au destin auquel mon père me vouait !

Pourtant, les mois passaient... Et rien ne changeait. Je continuai pourtant à lui courir après partout et à le servir, sans hésitation ni regret. Et heureusement, soit hasard, soit intervention de sa part, je n'en savais rien et je n'en sais toujours rien, les démarches de mon père traînaient, et aucune réponse ne lui fut apportée pendant ce temps. Aussi la situation semblait-elle partie pour durer.

Puis, au bout d'un moment, sans que je ne sache réellement ce qui avait décidé ce changement... Rakesh m'informa qu'il me prenait comme son protégé. A partir de ce jour-là... Tout changea pour moi. Car si mon père fut obligé de faire de moi son héritier, vu ma nouvelle position... Le Maître-Espion fit plus que me sauver la vie...

Je suis graaaaaand !
Un jour, Rakesh m'amena assister à des jeux dans l'arène. Cela me fit un peu étrange, au début, d'assister à cela. Puis l'odeur du sang parvint jusqu'à moi, et la transe vint. C'était... incroyable. Indescriptible. Une véritable révélation. Je ne détournai pas le regard une seule fois de ce qui se passait, les oreilles dressées et ma queue battant avec rapidité contre mes jambes.

Voyant mon enthousiasme, Rakesh m'y ramena plusieurs fois. Bientôt, ce fut même une manière pour lui de me récompenser lorsqu'il était particulièrement content de moi et de mes services. Il va sans dire qu'entre cela, et les autres avantages que je trouvais auprès de lui - aaaaah, les pâtisseries ! - j'étais plus que zélé dans mon service, et que j'aurais fait n'importe quoi pour lui plaire suffisamment pour qu'il soit content de moi.

Au fur et à mesure, je devenais de plus en plus savant dans ce domaine, et je devins un connaisseur des plaisirs de l'arène. Bientôt, je remarquai que tous les jeux se ressemblaient, et que le responsable se contentait de répéter à chaque fois les mêmes combats et les mêmes mises en scène. Je n'étais pas le seul à l'avoir vu, d'ailleurs, et le mécontentement grandit. Grandit jusqu'à atteindre Satan également. Et nous eûmes la chance d'assister à l'exécution publique du responsable de cette déception.

Là dessus... la protection du Maître-Espion se fit une fois de plus sentir. Sans que je lui ai rien demandé, sans que je m'y attende... Il parvint à m'obtenir le poste de Maître des Jeux de l'arène. Je n'en revenais pas de tant de chance. Moi, Démon Mineur presque hybride, méprisé et détesté par mon père... J'allais occuper un important poste de l'administration infernale ! Ce soir-là, je m'engouffrai encore plus de pâtisseries que d'habitude, pour fêter cela.

Mais le succès avait des revers inattendus. Je me retrouvai à côtoyer tous les grands de la Géhenne, Démons majeurs comme Seigneurs démoniaques. Je devais plaire à tous, à eux, à Satan, aux autres Démons mineurs... Non, pas aux Diablotins. Tout de même... Et puis de toute manière, ils aimaient tout, eux. J'avais un siècle et quart d'existence lorsque j'obtins ce poste. Et après un demi-siècle... Je m'écartai de Rakesh. Je le délaissai peu à peu, cessant de le servir, et donc cessant d'être son favori. Oh, je me doute qu'il m'en veut. Mais cela s'est fait ainsi...

Derrière l'écran


Pseudo - Prénom : Alice ~
Age : ... Un peu plus vieille que lors de mon dernier compte ? 8D
Comment as-tu découvert le forum ? Ha ha ~
Pourquoi t'être inscrit(e) ? J'voulais des oreilles de loup ! o/
Code du règlement : Validé ! ♥
Autre chose à ajouter ? ... Waf.
 
Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________



Dernière édition par Shreyas Umrao le Ven 18 Oct 2013 - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 681
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 24

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 25 ans environ
Pouvoirs: Ténèbres - Vent
Situation:
MessageSujet: Re: Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène   Ven 18 Oct 2013 - 19:37

Pouac, bienvenue petit loup ! ♥
Ta fiche est parfaite, je n'ai rien à redire, et tu es déjà validé... Alors je me contenterai de terminer cette validation, en t'ajoutant ton rang~

___________________

Signa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beenfers.frbb.net

Loup des monstres
avatar
Messages : 140
Date d'inscription : 16/10/2013

• Feuille de Personnage
Âge apparent: Une petite vingtaine ~
Pouvoirs: Ténèbres (Nécromancie)
Situation:
Loup des monstres
MessageSujet: Re: Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène   Ven 18 Oct 2013 - 20:59

... Merci beaucoup ! /o/

...

Ca serait pas une bonne idée de valider mon code, aussi ? Moi, j'dis ça, j'dis rien... ♥

___________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 681
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 24

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 25 ans environ
Pouvoirs: Ténèbres - Vent
Situation:
MessageSujet: Re: Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène   Ven 18 Oct 2013 - 21:02

...... Chut.
Mais merci, c'est fait u___u

___________________

Signa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beenfers.frbb.net
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shreyas, Maître des Jeux de l'Arène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le jeux du sam... sam'dit !!
» [21/11/09] AMidi Jeux Centre Culturel Liévin !
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Idée de mini jeux.
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Enfer :: Premier Passage :: Registres :: Présentations :: Présentations Validées-