La guerre entre Anges et Démons a cessé récemment tandis que les Déchus pris en tenaille tentent de survivre. Mais un autre danger attend les anges qui tombent : le goût des démons pour les esclaves, distraction entre deux intrigues mortelles.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Garyuda, du bordel à la maison close

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Proxénète décomplexé
avatar
Messages : 70
Date d'inscription : 03/10/2014
Localisation : Près de ton c... ♥

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 25-30 ans
Pouvoirs: Terre
Situation:
Proxénète décomplexé
MessageSujet: Garyuda, du bordel à la maison close   Ven 3 Oct 2014 - 14:40





Garyuda Corvaem

Surnom : Ary, Yud, Gaga (rarement ouvertement…), à peu près tout y est passé.
Âge : 2767 ans exactement.
Race : Démon
Classe : Démon majeur
Préférence : Tant qu’il y a une bite et un trou...

Rang personnalisé : Proxénète décomplexé

Description Mentale


Ce que les démons retiennent généralement de Garyuda ? Son langage, et sa capacité à trouver une remarque perverse dans à peu près n’importe quelle situation. Bien loin des démons aux discours fleuris et hypocrite, il n’aime pas surveiller son vocabulaire, en présence de qui que ce soit. Hormis Satan, bien évidemment, mais même ainsi, il se permet beaucoup plus de choses que tout ce qu’un démon “normal” oserait.

Cette manière d’être ne lui attire pas que des amis, mais il est suffisamment âgé pour être devenu presque intouchable. Il évolue à la limite extérieure de la sphère de la noblesse, à la fois extérieur et intégré au jeu politique. Extérieur, car il refuse un certain nombre des conventions appliquées par les autres membres de son rang, intégré car il mène sa ligue, la Confrérie du Styx, d’une poigne de fer.

Certains, mieux informés ou moins naïfs, peut-être, pensent que cette rhétorique perverse n’est qu’un masque destiné à ce qu’on ne s’intéresse pas davantage à lui. Un masque pour que tous ne voient en lui que le propriétaire de plusieurs établissements de plaisir, le dédaignent et le laissent donc continuer à mener sa barque lentement. Ils n’ont pas tort. Garyuda ne reculera devant pas grand chose pour asseoir encore un peu plus solidement sa place dans la Géhenne.

Néanmoins, il n’est pas pour autant un démon sans loi ni sans honneur. Peut-être est-ce uniquement parce qu’il juge cela plus profitable, mais il respecte ses engagements envers ses proches et ses alliés. C’est donc un allié fiable, à défaut d’être de bonne compagnie, et il n’y a, normalement, pas de traîtrise à craindre de sa part. Sauf pour ses ennemis, bien entendu…

Toutefois, ceux qui voient sa perversité comme un masque ont tort, en réalité. Car, même s’il s’en sert pour offrir une image déformée de lui-même aux regards curieux de l’aristocratie infernale, cela fait tout de même partie de sa personnalité. Oui, Garyuda est pervers, oui, il aime voir des allusions sexuelles un peu partout - et les partager. Oui, il ne reculera pas devant grand chose pour se procurer du plaisir. Et alors ? Comme il dit, si la bite s’emboîte aussi parfaitement dans un cul, ce n’est pas pour rien.

Description Physique


Garyuda n’est pas très grand pour un démon, sans être particulièrement petit non plus. Sa croissance l’a mené jusqu’à 1m80 du sol environ, et il se satisfait parfaitement de cette altitude. Regarder les gens de haut n’est pas particulièrement tentant pour lui et, selon ses propres mots, “si je ne suis pas très haut, ça m’évite d’avoir à baisser beaucoup les yeux pour voir des bites ou des culs moulés dans du tissu”.

S’il n’est pas grand, il n’est pas particulièrement fin non plus. De manière plutôt curieuse pour un proxénète, il a tenu à entretenir sa musculature, et passe généralement une ou deux heures par jour à s’entraîner au combat ou faire des exercices physiques. La raison affichée est d’être assez puissant pour passer toute une nuit au lit sans faiblir, mais être capable de se défendre et d’attaquer au besoin n’est pas à négliger lorsqu’on évolue dans le milieu des ligues de Démons majeurs…

Ses cheveux sombres se parent, selon la lumière, de reflets bleutés ou violets. Ils sont coupés irrégulièrement, certaines mèches atteignant à peine sa mâchoire alors que d’autres tombent plus bas que ses omoplates. Celles au niveau de son front sont relativement courtes et tombent fréquemment sur son visage, surtout sur la partie droite de celui-ci, puisqu’il y déporte une bonne partie de ses cheveux, sans se soucier de recouvrir en partie son oeil. Une manière de se donner un genre ? Certainement.

Ses oreilles sont légèrement pointues, et percées. La gauche porte deux anneaux d’or au niveau du lobe, la droite en a trois, plus un autre anneau plus haut sur l’oreille. Généralement, il rehausse la couleur de ses yeux, d’un vert brillant, en se maquillant le tour des yeux en noir et en assombrissant un peu ses sourcils, pour qu’ils prennent un noir plus intense que sa chevelure. Suite à une ancienne blessure, sa jambe gauche n’est pas aussi souple qu’elle pourrait l’être, et il lui arrive de boitiller lorsque la fatigue le gagne.

Pour ce qui est des habits, nul ne sera étonné d’apprendre qu’il les choisit toujours pour qu’ils mettent son corps en valeur. Il couvre rarement ses bras - et jamais son bras droit - et, dans les journées chaudes, il n’est pas rare de le voir purement et simplement torse nu. En dehors de cela, il apprécie les vêtements relativement moulants, dans des couleurs sombres, noires ou bleus, parfois accompagnées de petites touches de rouge ou de violet sombres.

Appréciant les tatouages, il en a à plusieurs endroits du corps. Son épaule droite et son bras gauches sont recouverts par un motif tribal abstrait tandis que, dans son dos, un corbeau, toujours dans le même style, étire ses ailes d’une épaule à l’autre. Il lui arrive souvent de plaisanter en disant avoir pour projet de se tatouer “Dieu” sur le sexe pour pouvoir prouver aux anges “la profondeur de l’amour de Dieu pour eux”.

Pourtant, ce n’est généralement pas tout cela que les gens retiennent de Garyuda, mais son avant-bras droit. Déformé et d’un noir sombre, d’apparence parfaitement lisse,  il n’a plus grand chose d’humain. Les doigts se sont allongés et changés en griffe, tout comme son coude s’est allongé en forme de pique. La transition entre le bras et l’avant-bras se fait relativement en douceur, la peau prenant des teintes grises avant de virer au noir profond.

Histoire


Une jeunesse sans histoire

Quatrième fils d’une fratrie de 5 garçons et 3 filles, Garyuda n’était pas promis à un avenir exceptionnel. Il n’était même pas encore majeur lorsque le plus âgé de ses frères prit la tête de la famille, suite à la mort de leur père sur le champ de bataille. Inutile de dire que ses deux frères plus âgés, considérés comme une menace par le nouveau chef de famille, ne survécurent pas bien longtemps.

Une mauvaise chute de cheval emporta l’un, et le second disparut mystérieusement pendant une nuit. Il était sorti rendre visite à l’un de ses amants, et ne revint jamais au manoir familial. Garyuda se retrouva alors l’héritier de son frère, étant son plus proche parent encore en vie. Il se doutait que ce ne serait pas très bon pour sa survie, même s’il n’avait que 180 ans, et il décida de sauver sa vie en l’exposant.

Son frère accueillit très bien sa décision d’entrer dans l’armée. Les combats étaient suffisamment meurtriers, à l’époque, pour qu’il considère qu’il serait bien vite débarrassé de ce frère importun. Et au besoin, corrompre un soldat de la même légion que lui pour lui faire faire arriver un accident ne serait pas bien difficile. Aussi ne s’en préoccupa-t-il plus pour le moment, se contentant de surveiller pour vérifier qu’il ne manifestait pas trop d’envie de quitter la place qui était la sienne.

L’idée de Garyuda était de se mettre momentanément à l’abri des coups de son frère, pour attendre d’être suffisamment puissant pour s’opposer à lui et prendre sa place. Si la seule manière pour lui d’être protégé était de devenir chef de famille, alors il le deviendrait. Il se faisait confiance pour trouver un moyen de tuer discrètement son grand frère dès que celui-ci se montrerait menaçant envers lui. D’ici là, il n’avait pas de raison de se montrer agressif envers lui…

Mais finalement, il n’eut pas besoin de faire quoi que ce soit. Il était âgé de quatre siècles et rentrait au manoir à l’occasion d’une de ses rares permissions. Et en arrivant, il découvrit le cadavre de son petit frère, la tête tranchée, puis celui de son autre frère, le ventre largement ouvert. D’après les récits des domestiques, le plus âgé battait et profitait fréquemment du corps de son cadet, et ce dernier avait fini par se rebeller. Il avait un couteau sur lui, et avait éventré son frère lorsqu’il s’était approché de lui. Ce dernier avait tiré son épée et l’avait décapité, mais il était trop tard pour le sauver et il s’était vidé de son sang - et de ses entrailles - avant l’arrivée du médecin.

Ce récit n’émut pas tant que cela Garyuda. Il n’avait jamais été extrêmement proche de ses frères, après tout, et cela lui évitait d’avoir à faire quoi que ce soit pour être à la tête de sa famille - plus que réduite, à présent. Il resta quelques années loin des combats, le temps de marier ses deux soeurs qui ne l’étaient pas encore, puis revint prendre sa place dans la Légion. Deux siècles s’écroulèrent encore avant que sa vie ne bascule pour de bon.

Corruption fusionnelle

Une affreuse douleur. Ce fut tout ce qu’il fut capable de ressentir. Les ténèbres du Styx rongeait sa main, progressaient sur son bras. Et son épée était trop loin pour qu’il puisse l’attraper et se couper le bras pour se dégager de cette horreur qui était en train de le ronger, de progresser sur son corps. Le poids de sa monture morte l’écrasait, et sa jambe, également, le faisait souffrir. Il n’arrivait plus à la bouger…

”Bordeeeel ! Allez, bouuuge…” souffla-t-il, les dents serrées.

Des larmes de douleur coulaient sur ses joues, et il sentit le fleuve l’attirer un peu plus vers lui. A chaque seconde, les ténèbres mouvantes qui s’étaient refermées sur son bras le tiraient, pour le rapprocher du fleuve. Le démon avait presque l’impression que les flots de celui-ci mugissaient à l’idée de l’engloutir pour l’éternité. Si seulement les choses s’étaient passées différemment…

Si seulement cette explosion de lumière ne les avaient pas projetés, sa monture et lui, si seulement il n’était pas retombé sous cette dernière, si seulement il n’avait pas atterri proche du Styx… Sonné, il n’avait pas réalisé ce qui se passait. Il avait bougé les bras, tâtonnant autour de lui pour trouver un rocher sur lequel prendre appui afin de se redresser. Et ses doigts avaient touché quelque chose d’à la fois solide et liquide, à la fois glacial et brûlant.

Le Styx.

Le Styx qui tentait à présent de le ramener à lui. Et si sa monture n’écrasait pas aussi lourdement sa jambe, nul doute qu’il aurait déjà été englouti. Normalement, le fleuve des Enfers n’attaquait pas les démons. Mais Garyuda l’avait touché, bien que sans le vouloir. Et les ténèbres n’étaient pas prêtes à lâcher leur proie…

Il ne voyait plus son bras, mais avait l’impression que ses chairs s’étaient désagrégées et qu’il ne restait que ses os décharnés. En tout cas, toute la partie de son corps qui avait été touchée par les ténèbres n’était plus que douleur, et il ne comprenait pas comment il ne s’était pas encore évanoui.

”J’vais pas… crever comme ça…”

Peinant à réfléchir à cause de la douleur, il fit appel à son pouvoir de ténèbres, l’envoyant tout entier lutter contre celles qui lui dévoraient le bras. De l’autre côté, il fit tomber d’énormes rochers sur le cadavre de l’animal qui retenait sa jambe. Il écrasait un peu plus cette dernière, mais sa progression vers le fleuve en fut retardée.

Cela n’aurait pas suffit à le sauver, certainement, si un ange blessé à une aile ne s’était pas écrasé juste à côté de lui. Il l’attrapa péniblement de sa main indemne, profitant de son inconscience, et le jeta sur son autre bras en un ultime effort. Le Styx le relâcha pour se jeter voracement sur l’être céleste, et le démon rampa pour s’en écarter, autant que sa jambe bloquée le lui permettait, avant de sombrer dans l’inconscience.

Un tournant décisif

Lorsqu’il se réveilla, il était allongé dans sa chambre, au manoir Corvaem. La tête lourde, il mit un moment à faire le point sur la situation, et à se souvenir de ce qui s’était passé. Sa jambe était immobilisée. Cela ne l’étonnait pas, entre la chute et l’écrasement, il devait avoir de multiples fractures dessus. Et son bras… Il sentait encore son avant-bras droit. La première chose que cela suscita chez lui fut de la surprise.

Il s’attendait à avoir sauvé sa vie, mais pas son bras. Bras qui était couvert de bandages. Sans oser chercher à le bouger, il se redressa pour s’appuyer contre ses oreillers et défit lentement les bandages. La vue de son bras d’un noir profond le fit trembler légèrement, alors que le médecin arrivait dans la pièce, prévenu par un Diablotin de l’éveil du Démon majeur.

”Je ne m’attendais pas à vous voir éveillé aussi rapidement, Seigneur Corvaem. Comment vous sentez-vous ? Votre jambe souffre de multiples fractures, mais aucune n’est grave, et vous devriez pouvoir marcher à nouveau lorsqu’elles seront guéries. Pour votre bras, par contre… Ni moi, ni les collègues que j’ai appelés à votre chevet n’ont réussi à comprendre quoi que ce soit. Je crains que la situation ne doive rester ainsi.”

Il garda le silence, contemplant sa peau noire, sans adresser le moindre regard au praticien. Après plusieurs minutes de silence, il hocha la tête pour indiquer qu’il avait compris, et le chassa d’un geste. Il hésita un long moment, mais finit par se décider à tenter de bouger. Et son bras lui répondit, aussi bien qu’avant. Pourtant… Il réalisa soudain ce qui n’allait pas. Il n’avait plus la moindre sensation au niveau de son bras.

Sa convalescence dura de nombreux mois, pendant lesquels il ne put pas quitter son lit. Et peu à peu, il apprit à mieux connaître son avant-bras corrompu par les ténèbres du Styx. Il découvrit qu’il pouvait le déformer, en l’allongeant ou en rendant ses doigts plus coupants. Mais il découvrit également qu’il ne parvenait plus à faire appel à ses propres ténèbres. Elles avaient été consumées par le fleuve, et il ne lui restait plus que son contrôle de la terre.

Lorsque Garyuda fut à nouveau capable de se tenir debout, il clopina, appuyé sur une béquille, jusqu’aux bureaux de la Légion pour y déposer sa démission. Vu son état physique, cela ne posa aucun problème, et il fut bientôt de retour chez lui. Il n’était plus soldat, mais il n’était pas résigné, bien au contraire. Il avait échappé au Styx ; que pouvait-il craindre, à présent ?

Alors il décida de vivre par lui-même et pour lui-même. Il fonda sa propre ligue, la Confrérie du Styx, et ouvrit, peu de temps après, une maison close dans la Ville haute. Déployant tous ses efforts pour faire fructifier l’un et l’autre, il parvint, au fil des décennies et des siècles, à les faire grandir en notoriété et en importance.

Lors de son quinzième siècle d’existence, il ouvrit un second établissement : un bordel dans les bas-fonds, cette fois, bien loin du luxe et de la qualité de sa première maison close. Il finit également par prendre un animal de compagnie, un Thanang - les oiseaux aux plumes noires qui vivaient aux abords du Styx. Et lorsqu’il mourut de vieillesse, il en prit un nouveau pour le remplacer.

Puis, plus récemment, il apprit que les deux arrières-petits-fils de sa plus jeune soeur venaient de perdre leur père, alors que le plus jeune n’avait pas encore atteint son premier siècle d’existence. L’idée lui vint qu’il serait bon qu’il prenne quelqu’un avec lui, pour lui apprendre à gérer ses établissements et que quelqu’un puisse le remplacer s’il venait à mourir. Alors il fit venir les deux enfants et leurs mères chez lui, pour s’occuper d'eux, jusqu’à ce que le premier soit capable de remplir son rôle de chef de famille seul et quitte le manoir. Quant au second, il lui offrit de devenir son héritier, faisant de lui une sorte de second officieux dans la direction de la maison close et du bordel.

Son arrière-petit-neveu finit par s’installer dans son propre manoir, et Garyuda se retrouva alors un peu désoeuvré, sans plus savoir à quoi occuper ses journées. Plusieurs siècles s’écoulèrent ainsi, puis le démon entendit parler de quelqu’un. Rakesh Darpann, le nouveau Maître-Espion de Satan. Ce n’était pas tant cela qui avait attiré son attention que le surnom qu’il avait. Frigide. Ce qui fit immédiatement naître en lui l’envie inextinguible de “rendre visite à ses prudes fesses”.

Derrière l'écran


Pseudo - Prénom : Alice
Age : 22 ans
Comment as-tu découvert le forum ? Un monsieur de ma tête voulait en sortir.
Pourquoi t'être inscrit(e) ? Parce que le monsieur était intenable.
Code du règlement : Validé ! Mais pas besoin de ménage pour coucher, voyons ♥
Autre chose à ajouter ? Garyuda, laisse-moi ce clavier ! èé
Codage par Voly'an, Bienvenue en Enfer

___________________



Dernière édition par Garyuda Corvaem le Sam 4 Oct 2014 - 9:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 681
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 24

• Feuille de Personnage
Âge apparent: 25 ans environ
Pouvoirs: Ténèbres - Vent
Situation:
MessageSujet: Re: Garyuda, du bordel à la maison close   Ven 3 Oct 2014 - 16:19

Est-ce que j'ai réellement quelque chose à ajouter quant à ta fiche, à part que Rakesh grogne ?
Je te valide donc, mon cher ! ♥

Et Garyuda étant l'un de tes persos que j'adore, j'attends impatiemment de le voir jouer en Rp ! o/

___________________

Signa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beenfers.frbb.net
 

Garyuda, du bordel à la maison close

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un parisien et un cannois rentrent dans une maison close...
» Maison close
» gazettes TPI n°1 et 3
» ¤ Ceryn Celiand [Gérant de maisons closes]
» Prostitution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Enfer :: Premier Passage :: Registres :: Présentations :: Présentations Validées-